Le Mans

Services aux entreprises

High-tech

Negotiation GPS, nouvel outil sarthois pour aider à bien négocier

Par Frédéric Gérard, le 17 novembre 2023

Depuis Le Mans, un spécialiste des négociations en tout genre développe sa start-up. Vincent Eurieult a mis au point une méthode qu’il revendique unique au monde, pour faire avancer des positions en vue d’un accord. Aujourd’hui digitalisée, sous le nom de Negotiation GPS, il entend commercialiser son outil assez vite en France et à l’international.

Vincent Eurieult, avec ici à sa droite Teddy Lemaille, son salarié ingénieur en développement informatique, a créé une méthode compatible à tous les cas de figure pour progresser vers un accord. Negotiation GPS doit pouvoir être commercialisée à l’international.
Vincent Eurieult, avec ici à sa droite Teddy Lemaille, son salarié ingénieur en développement informatique, a créé une méthode compatible à tous les cas de figure pour progresser vers un accord. Negotiation GPS doit pouvoir être commercialisée à l’international. — Photo : Village by CA 72

Depuis quarante ans, Vincent Eurieult travaille sur les ressorts qui mènent à un accord. Il y a seize ans, il est en venu à la conclusion suivante : "J’entendais souvent dire que les négociations, c’est différent à chaque fois. En fait, non. Il n’y avait pas de cas particulier. "

Enseignant à l’ESCP (école d’économie) depuis 1985 sur les sujets de négociation, intervenant à Polytechnique, HEC, Les Mines, etc. Vincent Eurieult a aussi conseillé de grandes sociétés sur leurs stratégies. Une expérience qu’il a modélisée pendant quinze ans en un outil qu’il veut désormais développer et commercialiser : Negotiation GPS. "Notre croissance va être mondiale, nécessairement : nous sommes les premiers au monde à proposer un tel outil", revendique-t-il.

"Que l’on vende des pommes de terre ou du nucléaire, c’est pareil"

"L’outil est un GPS, il permet de se situer au cours d’une négociation". En fonction de l’abonnement choisi (99 euros, 149 euros, 199 euros par mois), les réponses sont plus ou moins précises, des "trucs et astuces" à la stratégie complexe.

Vincent Eurieult a ainsi établi trois corrélats. "Où vous êtes, où se trouve votre interlocuteur et où il n’a pas conscience d’avoir un avantage sur vous". Et pour chacune de ces positions, sont précisés l’enjeu, l’urgence et la dépendance. Ces neuf critères sont à mesurer sur une échelle de 7. Ce qui induit plus de 4 millions de cas possibles pour évaluer une relation. L’outil pourra intégrer des données spécifiques à un domaine d’activité, un fonctionnement stratégique récurrent, l’élaboration des gammes de prix et marges, des coûts logistiques, etc.

Mais l’outil n’est pas seulement destiné aux relations commerciales. " Que l’on vende des pommes de terre ou du nucléaire, c’est pareil", affirme l’expérimenté jeune entrepreneur. " Pour quelle raison les gens passent-ils d’une position A à une position B ? La première chose est d’avoir un enjeu, avoir quelque chose à proposer à son interlocuteur. La seconde, c’est d’être pressé. L’urgence est la mère de toute négociation. Si l’envie n’est pas pressante, il n’y a pas de nécessité d’agir vite, et les gens ont tout le temps de discuter. Après, il y a toujours des phases d’accélération avec une dead line. Et quel que soit le pays, les mécanismes sont les mêmes", affirme Vincent Eurieult.

En quête d’investisseurs français et étrangers

Le produit peut paraître obscur. Certains y voient une solution. Les premiers clients ne sont pas des néophytes : "Colas, Air Liquide, Bouygues… On travaille actuellement avec la DAM, la direction des applications militaires du commissariat à l’énergie atomique", liste Vincent Eurieult, qui emploie un ingénieur de développement. Bpifrance l’a déjà labellisé French Tech. Negotiation GPS a "toutes les caractéristiques pour être reconnue Jeune entreprise innovante d’ici la fin de l’année". En un an, "le résultat a triplé, passant de 100 000 € à 300 000 € et le business plan vise un chiffre d’affaires autour des 10 millions d’euros d’ici 5 ans".

Mais pour se développer Vincent Eurieult doit trouver des investisseurs. "Pas un, qui pourrait s’approprier mon idée, mais plusieurs qui pourront évangéliser notre outil dans plusieurs pays." Des échanges ont déjà lieu avec un partenaire à New York.

La start-up, actuellement hébergée au Village by CA du Mans, a déjà trouvé son ancrage : la ville connue dans le monde entier, dans une Sarthe où Vincent Eurieult à des attaches personnelles.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition