Groupe Mulliez-Flory : Concrétisation de la fusion

Par Stéphanie Bodin, le 02 avril 2010

Complémentaires, les entreprises Mulliez et Flory, spécialisées dans le vêtement professionnel, ont fusionné l'an dernier. Le nouveau groupe, basé au Longeron, emploie 275 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 54M€. Il habille environ un million de salariés en France.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Avec l'arrivée, en février dernier, des 60 salariés de Flory sur le site du Longeron, la fusion avec Mulliez devient concrète. Pour les accueillir, 800m² de bureaux ont été réalisés, représentant un investissement 900.000€ sur deux ans. Le mariage entre les deux spécialistes du vêtement professionnel a été décidé en 2008. Dans un contexte de «concentration du marché», l'objectif était d'atteindre «une taille d'entreprise adaptée et suffisante pour aller chercher de nouveaux marchés, situés entre 2 et 10M€, et de pouvoir les aborder sereinement», explique Jacques Gindre, le P-dg.




Complémentarité et histoire commune

Aujourd'hui, le groupe du Longeron emploie 275 personnes et réalise 54M€ de chiffre d'affaires (Mulliez: 32M€, Flory: 11M€ et 11M€ répartis entre trois filiales à Cholet, Marseille et en Espagne). Il se place parmi les leaders nationaux du secteur, avec «plus de 10% de part de marché», souligne Jacques Gindre. Le groupe habille environ un million de salariés en France. Sa force? «La complémentarité» des deux entreprises «qui nous a permis de décrocher de nouveaux marchés», indique Jacques Gindre. Parmi eux, Eurotunnel ou encore SFR. Au total, sur 2009, Mulliez-Flory a enregistré une trentaine de nouvelles références.




Le pari de rester industriel

La fusion aura été facilitée par la proximité des deux cultures d'entreprises: «Nous avons une histoire commune, nous parlons le même langage.» L'entreprise choletaise Flory est spécialisée dans le vêtement d'image, «plutôt front-office» depuis plus de 40 ans. Expert textile implanté au Longeron depuis 180 ans, Mulliez dispose, quant à elle, de deux départements. Le vêtement d'image, «plutôt back-office», pour les grands comptes privés et publics représente 60% de son chiffre d'affaires. Tandis que la santé (linge et vêtements professionnels à destination des hôpitaux, cliniques, maisons de retraite...), le plus ancien savoir-faire de l'entreprise, constitue 40% de l'activité. L'entreprise Mulliez, filiale du groupe familial HDM finance, spécialisé dans les équipements textiles destinés aux entreprises, a été reprise il y a 12 ans par Jacques Gindre. «Nous avons fait le pari de rester industriel, explique le P-dg. Nos contrats ont une durée longue, nous devons pouvoir garantir la même qualité du début à la fin et maîtriser tous les process.» Depuis la fusion, le groupe a racheté trois usines en Tunisie, soit un investissement de 2M€.




Des commandes décalées en 2010

En 2009, le marché du vêtement professionnel a enregistré un recul de 18,7%. «Le sinistre a été énorme sur la partie industrielle, comme pour le bâtiment et l'hôtellerie-restauration», explique Jacques Gindre. Le groupe Mulliez-Flory a connu, quant à lui, une diminution de 4,4% de son chiffre d'affaires. La baisse atteint les 14% avec la perte, fin 2008, d'Air France par Flory. Le contrat représentait 35% du chiffre d'affaires de l'entreprise choletaise et soixante postes avaient dû être supprimés. Pour 2010, le P-dg pense que son groupe «bénéficiera des reports de 2009», beaucoup d'entreprises ayant fait le choix de repousser de quelques mois le renouvellement de leurs tenues professionnelles.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture