Sarthe

Industrie

Gilles Milot crée une rupture technologique dans le monde de la hi-fi

Par Cédric Menuet, le 01 juillet 2011

Depuis Vaas (Sarthe), Gilles Milot lance la production de ses enceintes haute fidélité. Avec ce projet, il compte revaloriser les compétences locales en acoustique.

Gilles Milot, dirigeant d'Acoustical Beauty.
Gilles Milot, dirigeant d'Acoustical Beauty. — Photo : Cédric Menuet Le Journal des entreprises

Le créateur

Après dix-sept ans au sein d'Harman à Château-du-Loir, Gilles Milot récupère fin 2006 le projet Acoustical Beauty initié par Bernard Richoux. Il décide alors de concrétiser les deux brevets déposés avec l'Université du Maine en déposant un troisième afin d'exploiter commercialement la technologie développée. Suite à l'incubation au sein de la pépinière Émergence, Acoustical Beauty intègre un atelier relais du Loirécopark à Vaas pour lancer l'industrialisation de son produit. Cinq années de développement ayant été nécessaires pour la mise au point de cette enceinte acoustique compacte et de haute-fidélité.

Le concept

Sans aucun système de suspension l'enceinte restitue un son sans déformation. 37heures sont nécessaires pour la fabriquer, et Gilles Milot entend compenser la perte de compétitivité du surcoût de la main-d'oeuvre par un produit innovant. «C'est une technologie de rupture comparable à l'arrivée de l'écran plat, il y a un nouveau marché qui s'ouvre à ces technologies». Commercialisée sous la marque Leedh, créée par Gilles Milot, cette enceinte haut de gamme (8.000€ la paire) doit à terme quitter son marché de niche pour le grand public.

Les perspectives

La production débutée en janvier dernier devrait atteindre 100 à 200 unités en fin d'année, le dirigeant tablant sur un premier exercice compris entre 500 et 600k€ pour sept salariés. Parallèlement, Gilles Milot envisage de créer une gamme autour de son premier modèle d'enceinte. «Un produit plus cher pour créer notre image et nous crédibiliser, ainsi qu'un produit plus abordable pour développer le chiffre d'affaires». Des débouchés pourraient venir également de l'automobile où cette technologie de petits haut-parleurs serait parfaitement adaptée.

Objectifs

Suite à cette innovation, Gilles Milot entend réenrichir le tissu industriel local, fort de compétences dans le domaine du haut-parleur. «Relancer une activité économique me passionne. C'est un vrai challenge de développer de la recherche fondamentale et une fabrication en France». Gilles Milot n'entend donc pas vendre sa technologie mais prévoit néanmoins une ouverture prochaine du capital d'Acoustical Beauty pour assurer son développement.

Gilles Milot, dirigeant d'Acoustical Beauty.
Gilles Milot, dirigeant d'Acoustical Beauty. — Photo : Cédric Menuet Le Journal des entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.