Le Mans

Événementiel

Coronavirus : avec des 24 Heures du Mans incertaines, iEvent redoute une année blanche

Par Cédric Menuet, le 14 mai 2020

Spécialisé en ingénierie événementielle, le manceau iEvent voit son calendrier de manifestations sportives bouleversé au gré des ajournements et annulations. Le report des 24 Heures du Mans en septembre laisse craindre à son dirigeant un important manque à gagner en 2020.

Structure réceptive éphémère réalisée par la société iEvent sur les 24 Heures du Mans
Basée au Mans, iEvent conçoit et réalise des structures réceptives éphémères pour l'événementiel sportif, accompagnant des marques comme Aston Martin. — Photo : iEvent

Reportées mais pas annulées. Si les prochaines 24 Heures du Mans se tiendront les 19 et 20 septembre plutôt qu’en juin, cet ajournement de la célèbre course d’endurance automobile ne sera pas sans effet sur l’activité d’iEvent. Basée au Mans, l’entreprise est en effet spécialisée dans l’ingénierie événementielle et réalise 80 % de ses activités autour du circuit sarthois. Elle conçoit et commercialise des structures réceptives éphémères pour les écuries, les marques et leurs partenaires lors de manifestations sportives automobiles.

Lorsque les premières mesures de confinement ont été annoncées mi-mars, iEvent était en pleine préparation des 24 Heures du Mans. « Nous étions dans la phase de validation des devis et des plans. L’activité s’est maintenue avant que le recours au chômage partiel pour une partie de l’équipe soit nécessaire en avril. En mai, nous sommes à l’arrêt et avons sollicité un prêt garanti par l'État, qui nous a été accordé », détaille Thomas Perrin, dirigeant de cette PME forte de 5,7 millions d’euros de chiffre d’affaires, employant 10 salariés à l’année.

Une acquisition début mars

Au cours de cette même période, iEvent finalisait également la reprise de Structura, une entreprise de Champagné (Sarthe) spécialisée dans la location de matériels événementiels. Comptant 15 collaborateurs pour 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires, la société est un fournisseur officiel de l’Automobile Club de l’Ouest, organisateur des 24 Heures du Mans, et un prestataire d’iEvent. « Structura monte certaines de nos structures sur le circuit. C’est un partenaire que nous avons acquis le 4 mars afin de nous développer sur le marché de l’événementiel régional », précise le repreneur. Réalisant 20 % de son chiffre d’affaires sur le circuit des 24 Heures, Structura est lui aussi touché par le report de l’épreuve d’endurance ainsi que par l’annulation de Le Mans Classic, qui devait se tenir sur trois jours en juillet. Thomas Perrin relativise : « L’événement est reporté à l’été 2021. Comme il est organisé un an sur deux, nous savons gérer cette situation qui sera sans incidence. En revanche, si les 24 Heures du Mans sont annulées, je crains que 2020 soit une année blanche pour nous. »

Incertitude sur les déplacements internationaux

Car même si l’Automobile Club de l’Ouest met tout en œuvre pour maintenir l’épreuve, l’incertitude de l’ouverture des frontières constitue une réelle menace sur l’organisation de la course cette année. Des équipes américaines ont déjà annoncé qu’elles ne seraient pas en mesure d’envoyer voitures et pilotes en Sarthe. « Compte tenu de ce flou dans les déplacements internationaux, les marques inviteront moins de clients. Fatalement, il y aura moins de réceptifs d’hospitalité à installer autour du circuit et donc nous travaillerons moins », déplore le dirigeant d'iEvent.

Avec les différents prestataires qu’elle sollicite pour le montage de ses structures, ce sont ainsi 250 personnes qui collaborent avec iEvent lors des 24 Heures du Mans. Un chiffre qui sera revu à la baisse cette année, selon Thomas Perrin. Le chef d’entreprise redoute également un embouteillage de manifestations cet automne. « Trois mois d’événements sont reportés en septembre et octobre. Ça ne peut pas passer. En temps normal, c’est une période déjà saturée. Il y aura forcément des tensions sur la location de matériels et sur les besoins en personnel. »

Ces bouleversements sur le calendrier des sports mécaniques au Mans ne seront donc pas neutres sur le territoire. Les activités du circuit des 24 Heures du Mans génèrent en effet 115 millions d’euros de retombées économiques en Sarthe pour près de 2 500 emplois.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail