Nancy

Réseaux

Municipales : les patrons nancéiens s'invitent dans la campagne avec 80 propositions

Par Jean-François Michel, le 16 janvier 2020

« Les entrepreneurs métropolitains pour un Grand Nancy Business Friendly » : le nouveau slogan d’une liste électorale ? Plutôt le titre d’un catalogue de mesures imaginé par dix patrons nancéiens. Ce document entend inspirer les candidats et pousser les futurs élus à se saisir des questions économiques pendant la campagne.

Les associations ATP, pour Association Territoire Projet, rassemblées derrière les mesures proposées par le groupe des dix dirigeants nancéiens, représentent 800 entreprises pour un tiers de l'emploi salarié du Grand Nancy.
Les associations ATP, pour Association Territoire Projet, rassemblées derrière les mesures proposées par le groupe des dix dirigeants nancéiens, représentent 800 entreprises pour un tiers de l'emploi salarié du Grand Nancy. — Photo : © Jean-François Michel

« Nous ne sommes pas une liste électorale, nous ne nous présentons à aucun scrutin. Notre objectif, c’est que Nancy devienne plus « Business Friendly » ». Pour Denis Heftre, le patron du cabinet conseil en gestion des ressources humaines ADH, la précision s’impose d’emblée : pas question de faire le procès des politiques passées, pas question d’affirmer des ambitions électorales.

Après plus d’un an de travail et de discussion, dix chefs d’entreprises, rejoints par les neuf associations d’entreprises basées sur le territoire de la métropole du Grand Nancy (ATP) ainsi que la CPME, viennent de dévoiler un catalogue de 80 mesures, structuré en quatre axes. Animateur et initiateur de la démarche, Jean-François Roche, dirigeant de l’agence d’événementiel Zehus, dresse un constat cruel : « Dans beaucoup de domaines, la métropole est en bas de tableau ». Impossible donc de rester les bras croisés en attendant que les candidats déroulent leurs catalogues de mesures : les patrons nancéiens veulent se faire entendre. Une situation rendue possible par la fin de l’ère Rossinot : l’emblématique président de la Métropole du Grand Nancy ne se représentera pas en mars prochain, et sa succession semble créer des opportunités dans de nombreux domaines.

Une boîte à outils au service des candidats

Parmi les dix patrons à l’origine de la démarche, certains sont connus pour leur proximité avec l’équipe municipale en place, d’autres pour être dans l’opposition. Aussi, quand Jean-François Roche explique que certains échanges ont été musclés, on le croit volontiers. « Nos propositions ne sont ni uniques, ni extraordinaires », estime Gilles Caumont, ancien dirigeant d’Adista et président fondateur du réseau de business angels Yeast. « Nous voulons tout simplement remettre l’église économique au cœur de la métropole », assure le dirigeant, qui ne retiendrait qu’une seule mesure : « Mettre en place un conseil d’orientation qui devra évaluer l’efficacité des actions menées par la Métropole. C’est tout simplement du bon sens : il faut éviter les vœux pieux et se mettre à travailler en entrepreneur ».

Penser le territoire à 20 ans, améliorer l’offre de transport, créer des incubateurs dans les friches commerciales du centre-ville ou encore rationaliser l’intervention des outils du développement économiques : les patrons nancéiens mettent à disposition des candidats une boîte à outils, constituant une solide base de travail. « Ce n’est pas parce qu’on va appliquer ces 80 mesures que tout va marcher », rappelle Denis Heftre : en effet, l’attractivité d’un territoire ne se décrète pas et c’est notamment pour cela que les entrepreneurs métropolitains veulent passer à une logique de conquête : « Si on veut que des patrons fassent le choix de s’installer chez nous, il faut aller les chercher plutôt que de passer son temps à faire le beau », lâche Jean-François Roche. Les 80 propositions ont été transmises aux candidats aux municipales, dans la Métropole ainsi que dans le bassin d’emploi de Nancy : quel sera leur avenir ? Ce sont les futurs élus qui le décideront. Mais pour éviter que leurs propositions finissent sur un coin de bureau, les dirigeants nancéiens impliqués dans la démarche entendent injecter un peu d’économie dans une campagne qui s’annonce très politique.

Les associations ATP, pour Association Territoire Projet, rassemblées derrière les mesures proposées par le groupe des dix dirigeants nancéiens, représentent 800 entreprises pour un tiers de l'emploi salarié du Grand Nancy.
Les associations ATP, pour Association Territoire Projet, rassemblées derrière les mesures proposées par le groupe des dix dirigeants nancéiens, représentent 800 entreprises pour un tiers de l'emploi salarié du Grand Nancy. — Photo : © Jean-François Michel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail