Nantes

Ressources humaines

Pour ses recrutements, Transeco cible les seniors et les jeunes de quartier

Par Amandine Dubiez, le 06 juillet 2018

À peine arrivé chez Transeco, à Nantes, Alexis Raillard a dû recruter de nouveaux collborateurs pour agrandir son équipe de chauffeurs livreurs. Il a choisi de se fier au savoir-être en recrutant des jeunes et des seniors sans expérience.

Photo : Transeco

Cela a été l’une des premières missions d’Alexis Raillard il y a 18 mois au moment où il a repris le volant de Transeco, la PME nantaise spécialisée dans le transport urbain de colis léger et de courrier (1 M€ de CA, 20 salariés). Il a dû recruter immédiatement des nouveaux profils pour intégrer l’équipe de 15 chauffeurs qui livrent quotidiennement les entreprises locales. Alexis Raillard met volontairement de côté les CV avec une expérience dans les grands groupes bien connus de livraison express. « Je les connais, ils disent avoir de l’expérience en conduite mais ils vont beaucoup trop vite, ne soignent pas le matériel et n’ont aucune expérience dans la relation client », commente le chef d’entreprise.

Des jeunes qui cherchent un emploi stable

Lui décide donc d’embaucher des novices, sur le savoir-être. « Je recrute au feeling, je cherche des gens qui ont un bon relationnel et qui ont envie de travailler », insiste-t-il. C’est ainsi qu’il a recruté deux jeunes de moins de 25 ans issus de quartiers dits sensibles. « C’est l’association Saint-Herblain Ouest Entreprises à laquelle j’adhère qui m’a parlé d’eux. Ils enchaînaient des missions intérim et cherchaient un CDI. » Leur place chez Transeco est leur premier emploi stable. « Ils sont contents d’avoir un poste fixe », constate Alexis Raillard.

Des seniors sans expérience de chauffeur

Plus tard, le PDG embauchera deux seniors lors d’un forum d’emploi organisé dans un centre commercial. Ils n’ont aucune expérience de chauffeur : l’une, ancienne employée dans une agence de voyages qui cherchait un emploi qui l’amènerait jusqu’à la retraite, était au chômage depuis un moment, et l’autre un officier de police à la retraite qui cherchait un complément de revenu. « Ils ont une grande expérience de la relation avec les clients », remarque-t-il.

Un équilibre entre les deux générations

Ce à quoi le chef d’entreprise ne s’attendait pas, c’est que la réunion de ces deux profils contribue à créer une ambiance chaleureuse en interne, entre la spontanéité des plus jeunes et les conseils avisés et bienveillants des seniors. Un mélange entre générations qui stabilise l’entreprise.

Photo : Transeco

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.