Loire-Atlantique

Logistique

MTTM devient Idéa Groupe

Par Simon Janvier, le 06 janvier 2012

Pour s'offrir davantage de visibilité, MTTM change d'identité et devient Idéa Groupe. Le logisticien va investir 70 millions d'euros afin de franchir un nouveau cap.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Nouveau nom pour MTTM (Manutention Transport Transit et Magasinage). Créée en 1919, la société coopérative de manutention portuaire de Saint-Nazaire vient de s'offrir un profond lifting pour devenir Idéa Groupe. Une nouvelle identité davantage en adéquation avec les nombreuses activités développées par l'entreprise de Montoir-de-Bretagne. Car si le domaine portuaire et le vrac alimentaire représentent toujours un tiers de ses revenus, Idéa Groupe s'est considérablement diversifié ces quinze dernières années pour proposer une offre globale de supply-chain, à tel point que 50% de son activité est aujourd'hui liée à la logistique industrielle, 15% provenant de ses activités d'emballeur.

"Nous faisons de plus en plus de prestation industrielle et de gestion des stocks in situ sur les sites de nos clients. C'est de la logistique à forte valeur ajoutée."

«Au début des années 90, nous étions encore de simples manutentionnaires portuaires. Aujourd'hui, après avoir repris ou créé 25 entreprises, nous faisons de la logistique, du transport, de l'emballage, du transfert industriel, de l'ingénierie, etc. Mais toujours du sur-mesure», explique Bruno Hug de Larauze, P-dg d'Idéa Groupe. Cette marque ombrelle fédère les cinq branches d'activité de l'entreprise; Idéa Logistique, Idéa Emballage, Idéa Vrac, Idéa Transport et Idéa Maritime.

Le cap des 1.000 salariés

Derrière ce changement d'identité et cette nouvelle organisation destinés à offrir davantage de visibilité au groupe, se cachent également de nouvelles ambitions dans le domaine de la supply-chain. À l'horizon 2016, le projet stratégique d'Idéa Groupe prévoit en effet de franchir le cap des 1.000 collaborateurs contre 700 aujourd'hui (186 en 2005!) et de dépasser les 110 millions d'euros de chiffre d'affaires contre 70 millions sur le dernier exercice (34,3 millions en 2005).

Et le groupe assure avoir les moyens de ses ambitions en prévoyant d'investir 70 millions d'euros sur les cinq prochaines années. 35 millions d'euros sont notamment prévus pour consolider sa position d'opérateur portuaire avec la création d'entrepôts, d'un séchoir à Montoir et l'amélioration du terminal multivrac de Montoir, repris cette année en partenariat avec Sea Invest. Le groupe va également investir dix millions d'euros dans ses outils de transport, en particulier dans un ensemble routier pour grandes pièces en composites. Idéa Groupe va également injecter cinq millions d'euros dans ses systèmes d'information et de pilotage de projet.

Logistique à valeur ajoutée

«Nous faisons de plus en plus de prestation industrielle et de gestion des stocks in situ, sur les sites de nos clients pour des produits spécifiques et sensibles. C'est de la logistique à forte valeur ajoutée qui demande des multi-compétences en matière d'ingénierie, d'analyse de valeurs, d'éco-conception de supply-chain, etc.», souligne Bruno Hug de Larauze.

Parmi ses clients, Airbus, Cargill, Spirit, Thales, Saint-Gobain, Areva, Man Diesel, etc., Idéa Groupe oeuvrant le plus souvent en rang 2 des opérations mais travaillant également de plus en plus en partenriat avec les grands groupes de logistique comme Kuehne+Nagel. Déjà présent sur une vingtaine de sites en France avec 200.000 m² d'entrepôts et 55 hectares de plates-formes logistiques répartis entre Saint-Nazaire, Nantes, Ancenis, Paris, Roanne et Toulouse, Idéa Groupe entend également se développer en dehors de ses frontières historiques. L'entreprise vient ainsi d'implanter Idéa Emballage et Idéa Logistique à Cherbourg dans un bâtiment de 5.000m² dans le cadre d'une collaboration avec le ministère de la Défense et DCNS pour des prestations d'emballage industriel.

Développements vers l'Europe et le Maghreb

Idéa Groupe pourrait également accompagner dans les prochaines années les projets de certains de ses clients en Europe et au Maghreb. «Nos clients sont pour la plupart en développement et gagnent des parts de marché par rapport à leurs concurrents. Ils attendent de nous une prestation globale, de plus en plus intégrée et sur le long terme. À nous de nous adapter», précise Bruno Hug de Larauze. Dans cette optique, l'ex-MTTM, «la vieille dame» comme l'appelle affectueusement le dirigeant nazairien, se renouvelle et se met en ordre de marche.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.