Vendée

Industrie

L'imprimerie Pollina investit près de 10 millions pour rester compétitive

Par Adrien Borga, le 16 avril 2018

Basée à Luçon dans le Sud-Vendée, l'imprimerie Pollina mise sur la qualité et la technologie pour garder sa place de leader européen sur le marché des livres couleurs. À la tête de l'entreprise familiale qu'il dirige avec ses frères, Laurent Pollina compte investir près de 10 millions d'euros dans du nouveau matériel mais aussi dans un nouveau bâtiment de 4 600 m².

Au coeur de l'atelier de l'imprimerie Pollina à Luçon, en Vendée. — Photo : Laurent Pollina

« Si on veut rester compétitif face à nos concurrents d'Europe de l'Est, il faut que l'on soit plus moderne, plus rapide et travailler avec une qualité irréprochable. On sera toujours plus cher qu'eux, il faut que l'on se démarque par le service. » Pour Laurent Pollina, directeur général de l'imprimerie du même nom située à Luçon, le message est clair, l'investissement vital.

Petits tirages, grande souplesse

Pour imprimer encore plus rapidement et facilement les couvertures des livres, l'entreprise a investi 1,6 million d'euros en début d'année dans une presse qui permet d'aller 2,5 à 3 fois plus vite et qui permet de réduire le temps et les coûts de réglage (la gâche dans le jargon des imprimeurs). « C'est notre plus petite presse, la précédente avait une dizaine d'années. C'est important car nous faisons de très petits tirages dessus et il faut avoir une machine qui nous donne un maximum de souplesse », ajoute le dirigeant de cette entreprise qui compte 220 salariés et qui a réalisé 52 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017. D'autres machines comme deux plieuses à 400 000 euros pièce sont également au programme des investissements.

Optimiser les flux

La nouvelle machine est peut-être la plus petite, mais son changement est lourd d'implications pour le reste de la production comme le rappelle Laurent Pollina : « Cette machine nous a obligés à revoir notre flux prépresse car elle travaille très vite et il faut pouvoir l'alimenter en plaques offset.  Nous avons donc recruté deux personnes pour faire passer l'équipe à six et investissons dans du matériel informatique plus performant pour faire le travail de conversion des fichiers informatiques en plaque. »

Nouveau bâtiment

Un nouveau bâtiment de 4 600 m² accolé aux installations actuelles (45 000 m²) est également en cours de construction. Il accueillera notamment une nouvelle chaîne de brochage et une nouvelle presse.  L'enveloppe prévue pour celui-ci est de 8 millions au total. Les bâtiments seront opérationnels à la fin de l'année. « Au total, nous sommes à plus de huit millions d'investissement en 2018, précise le directeur général. Depuis 8 ans, nous avons investi 48 millions d'euros au rythme de 5 à 7 millions par an. Nous nous situons dans un créneau d'impression de qualité. Le papier est fourni par nos clients mais les encres ou encore les colles viennent exclusivement de France ou d'Europe de l'Ouest. Avoir le meilleur matériel possible est un argument commercial fort. »

Huit recrutements à venir

Quant aux recrutements, Laurent Pollina aimerait bien recruter 8 personnes, mais il reconnaît que « ce ne sera pas facile, nous avons des difficultés à titulariser les jeunes intérimaires qui apprécient la grande liberté que leur confère ce mode de travail ». Pour ce qui concerne les nouvelles machines, pas de recrutement prévu : « Nous formons beaucoup nos équipes en interne avec l'aide de nos fournisseurs, détaille-t-il. De gros efforts ont été faits sur la programmation des machines. Les interfaces sont très intuitives et de plus en plus simples à utiliser. »

Au coeur de l'atelier de l'imprimerie Pollina à Luçon, en Vendée. — Photo : Laurent Pollina

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture