Nantes

Transport

Idéa Transport fusionne avec la Snat et emménage à Nantes

Par Didier San Martin, le 21 janvier 2019

Idéa Transport et la Snat s'étaient déjà rapprochées. Désormais, ces deux entreprises fusionnent. Toute la partie administrative et commerciale d'Idéa Transport quitte donc Saint-Nazaire pour rejoindre une nouvelle plateforme de 15 000 m² à Nantes. Et avec la fusion, le statut de Scop de la Snat disparaît. 

Michel Mézard, ancien PDG de la Snat, désormais à la tête d'Idéa Transport : « Pour entreprendre les investissements indispensables à la bonne santé de l'entreprise, la Snat devait quitter son statut de scop. »
Michel Mézard, ancien PDG de la Snat, désormais à la tête d'Idéa Transport : « Pour entreprendre les investissements indispensables à la bonne santé de l'entreprise, la Snat devait quitter son statut de scop. » — Photo : OIOO studio

La Snat (Société Nouvelle Atlantique Transport) et Idéa Transport, filiale à 100 % d’Idéa groupe, avaient déjà opéré un rapprochement en 2015 : désormais, les deux entreprises fusionnent. L’entité regroupée se compose des 120 collaborateurs de la Snat (12 M€ de CA) et des 90 d’Idéa Transport (9 M€ de CA). Toute la partie administrative et commerciale quitte Saint-Nazaire et s’implante à Nantes avec 50 conducteurs routiers, près de la gare de Chantenay. Cette nouvelle plate-forme de 15 000 m² comprend 500 m² de bureau, une base logistique et un parking pour 50 camions. Les autres conducteurs routiers restent sur leur base de Roissy, de Roanne, d’Ancenis et aussi zone de Brais, à Saint-Nazaire, qui conservera un parking de 60 camions et un établissement de stockage de 3 000 m². Quant aux anciens bureaux de la Snat, ils seront loués à un prestataire de formation.

Fin de la scop votée à 92 %

La fusion avec Idéa Transport entraîne la disparition de la Snat et son statut de scop obtenu en 1982, lorsque les salariés d’Atlantique Transport, alors en dépôt de bilan, en reprenaient les rênes. « C’était l’une des plus importantes scop des Pays de la Loire et la faire disparaître n’a pas été évident. Pourtant 92 % des salariés ont voté pour la sortie du statut de scop », explique Michel Mézard, auparavant PDG de la Snat, aujourd’hui à la tête d’Idéa Transport.

Le fait que dans une scop les bénéfices de l’entreprise soient largement redistribués chaque année aux salariés a évidemment représenté un frein à la volonté de changer de statut. « Pour y remédier, nous avons gardé un intéressement au résultat et, en plus, Idéa Groupe a créé un fonds commun de placement grâce auquel tous les salariés qui le souhaitent peuvent être actionnaires », reprend Michel Mézard.

L’autre élément qui a pesé en faveur du changement de statut concerne la pérennité de l’entreprise.

Assurer la R & D

« Je ne pouvais pas assurer l’avenir de l’entreprise si elle avait continué à vivre sous statut de scop, analyse Michel Mézard. D’abord parce que nos clients attendent une réponse globale à leur logistique : de l’ingénierie, du stockage, de l’emballage, du transport, de la manutention portuaire… Des compétences que la Snat, seule, ne détenait pas et qui l’exposait à rester sous-traitante d’un groupe, avec les fragilités qui en découlent. Ensuite, parce qu’une scop limite la possibilité de réinjecter les bénéfices dans l’investissement. Or, l’enjeu de l’avenir est de taille : assurer la meilleure traçabilité de tous les produits, tenir les clients au courant de leur colis à l’instant T, dématérialiser les factures… Et anticiper les camions autonomes qui transformeront le conducteur en pilote de bord capable, en temps réel, d’optimiser son chargement en repérant sur son trajet du fret à transporter… ».

Autant de défis qui obligent les transporteurs à s’adapter très vite. Aujourd’hui l’entreprise est adossée à Idéa Groupe. Avec ses 1 200 collaborateurs répartis sur 37 sites en France pour un chiffre d’affaires 2018 de 130 M € et 65 M€ d’investissement en cours, ce groupe a les moyens d’entreprendre une R & D digne de ce nom…

Michel Mézard, ancien PDG de la Snat, désormais à la tête d'Idéa Transport : « Pour entreprendre les investissements indispensables à la bonne santé de l'entreprise, la Snat devait quitter son statut de scop. »
Michel Mézard, ancien PDG de la Snat, désormais à la tête d'Idéa Transport : « Pour entreprendre les investissements indispensables à la bonne santé de l'entreprise, la Snat devait quitter son statut de scop. » — Photo : OIOO studio

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.