Nantes

Services aux entreprises

Investissement immobilier

Accueil d’entreprises : la Forge des Batignolles prête à faire feu

Par David Pouilloux, le 13 février 2024

La Forge des Batignolles, à Nantes, est un nouveau lieu d’accueil des entreprises. Lieu hybride, elle est composée d’un immeuble neuf de bureaux dédié au tertiaire et d’une ancienne halle industrielle qui hébergera des start-up. Plus de 23 millions d’euros ont été investis dans ce projet atypique, géré par La Ville du Futur et propriété de la Foncière Magellan.

Catherine Filoche, présidente directrice générale de la Ville du futur, et François Gac-Clauss, directeur du développement de La Ville du Futur qui gère le projet La Forge des Batignolles.
Catherine Filoche, présidente directrice générale de la Ville du futur, et François Gac-Clauss, directeur du développement de La Ville du Futur qui gère le projet La Forge des Batignolles. — Photo : David Pouilloux

Certains Nantais, pourtant férus d’histoire, ignorent encore que les halles Freyssinet du quartier des Batignolles accouchaient de monstres d’acier voilà cent ans. Un siècle plus tard, les ateliers de start-up industrielles prendront bientôt leurs aises là où des locomotives prenaient leurs formes avant de sillonner l’océan des rails de France. "Nous ouvrons la commercialisation des premiers bureaux dès à présent, explique François Gac-Clauss, directeur du développement de La Ville du futur, qui porte le projet de la Forge des Batignolles. Pour la partie industrielle, nous souhaitons que les nefs soient disponibles à partir de juin, une fois les certifications nécessaires obtenues."

23 millions d’euros d’investissement

La Forge des Batignolles est donc le nom choisi pour ce nouveau lieu hybride qui a nécessité 23 millions d’euros d’investissement. "La Forge est constituée à la fois d’un immeuble de bureaux neufs et de halles industrielles rénovées qui sont des bâtiments classés, décrit François Gac-Clauss. D’un côté, nous avons 4 200 m² de bureau dans la tour neuve. De l’autre, nous proposons un espace de 800 m² dédié à l’événementiel sous l’une des halles historiques. Ensuite, 1 400 m² de nefs hébergeront la production dans la tech (robotique, électronique, IA) qui a besoin de conditions de propreté particulières. Une seconde halle de 3 800 mètres carrés accueillera d’autres start-up industrielles, notamment dans le réemploi."

Pourquoi une partie tertiaire et une autre industrielle ? "La partie tertiaire assure la rentabilité du lieu, car la partie industrielle est beaucoup moins rentable, reconnaît François Gac-Clauss. L’idée centrale de ce projet, c’est de pouvoir coupler ces deux activités qui permettent au lieu de trouver un business model qui assure l’équilibre financier."

Les parties prenantes mêlent des acteurs nationaux et locaux. "Le groupe Eiffage a construit l’immeuble neuf, et restauré les halles industrielles attenantes, précise Catherine Filoche, présidente directrice générale de La Ville du Futur, le gestionnaire de la Forge des Batignolles. C’est la foncière Magellan qui est l’investisseur et donc le propriétaire des lieux. Elle loue les locaux à La Ville du futur, une filiale d’EP, le start-up studio nantais, qui gère un autre lieu, La vie est belle, sur l’île de Nantes."

Un espace d’échange, d’entraide et de coworking industriel

Visite des nefs de la Forge des Batignolles, à Nantes, futur lieu d’accueil de start-up industrielles et bâtiment classé aux monuments hitoriques.
Visite des nefs de la Forge des Batignolles, à Nantes, futur lieu d’accueil de start-up industrielles et bâtiment classé aux monuments hitoriques. - Photo : David Pouilloux

Toutes les typologies d’acteurs vont pouvoir travailler dans ce haut-lieu du patrimoine historique, avec ce projet qui incarne la volonté de participer à la renaissance industrielle de notre pays. "Nos industries sont parties hors des villes et ont souvent quitté notre pays, relate François Gac-Clauss. La souveraineté industrielle passe par ce type de projet qui réintègre l’industrie dans nos villes, mais de manière plus durable." Catherine Filoche insiste : "La Forge est un lieu de production industrielle, mais c’est aussi un espace de coworking, un espace d’échanges, d’entraide et de partage d’expériences entre les porteurs de projets. Si l’on veut attirer des jeunes vers l’industrie, il faut que l’industrie propose autre chose que ce qu'elle a proposé jusqu'ici, c'est-à-dire un lieu plus attirant où les jeunes ne se sentiront pas isolés, et finalement proche du centre-ville."

Le parcours de l’entrepreneur

Catherine Filoche, présidente directrice générale de La Ville du futur, et François Gac-Clauss, directeur du développement notamment du projet de La Forge des Batignolles, à Nantes.
Catherine Filoche, présidente directrice générale de La Ville du futur, et François Gac-Clauss, directeur du développement notamment du projet de La Forge des Batignolles, à Nantes. - Photo : David Pouilloux

De leur côté, dans la tour de bureaux, les grands comptes trouveront des plateaux nus et les services qui apportent du confort à leurs salariés dans une version all inclusive : restauration, salle de sport, salle de réunion, etc. À deux enjambées, au sein des nefs, les start-up industrielles viendront grossir les rangs des occupants de la Forge. "Nous souhaitons être présents sur tout le parcours d’un entrepreneur, du moment d’innovation, du prototypage, à la production en petites séries, jusqu’à sa réussite complète au sein des hôtels industriels qu’il y a ici, un peu partout", souligne François Gac-Clauss, ancien cofondateur de la S-Factory.

Mais la mission de la Forge des Batignolles ne s’arrête pas à la vie de bureau et à la production industrielle. "Le but, c’est qu’elle soit également un lieu totem de ce quartier, que chacun puisse l’utiliser pour des événements, notamment les grandes entreprises du coin, comme Saunier Duval, Orange, ACB." Une autre idée trotte dans la tête du directeur du développement : "C’est une aubaine d’avoir autant d’industriels ici. Ce serait une idée intéressante qu’ils accompagnent les entrepreneurs de demain qui vont bientôt s’installer sous les nefs."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition