Lille

Organismes de formation

Création d'entreprise

La nouvelle école de commerce lilloise Ecopolis veut former aux "transformations sociétales"

Par Jeanne Magnien, le 01 mars 2023

L'école de commerce lilloise Ecopolis ouvrira ses portes aux étudiants en septembre 2023. Ce nouvel établissement d'enseignement supérieur entend offrir des formations variées et pluridisciplinaires aux étudiants, pour les préparer aux nouveaux enjeux de société.

Après un parcours professionnel varié, Anne Massart a décidé de créer Ecopolis, une nouvelle école de commerce lilloise.
Après un parcours professionnel varié, Anne Massart a décidé de créer Ecopolis, une nouvelle école de commerce lilloise. — Photo : Ecopolis

À partir de septembre 2023, le campus des Arts & Métiers, à Lille, va accueillir un nouvel établissement d’enseignement supérieur, Ecopolis, "dédié à la formation des futurs décideurs, acteurs des transitions sociétales du territoire". Une école de commerce d'un nouveau genre imaginée par Anne Massart, qui s’est appuyée sur son expérience acquise dans des fonctions de direction, dans des institutions publiques comme dans des entreprises privées.

Approche transverse

"Personnellement, j’ai construit ma formation au gré de tout ce que j’avais envie de découvrir, de la philosophie, des sciences politiques, de la communication, HEC… C’est cette diversité et cette ouverture d’esprit qui m’ont ensuite beaucoup servi dans ma carrière professionnelle, présente la fondatrice et présidente d’Ecopolis. "Il me semblait intéressant de proposer le même genre de démarche à des jeunes gens, à qui l’on demande de s’enfermer très tôt dans des cursus dont finalement ils ne savent rien, et ce alors même que les parcours professionnels sont de plus en plus divers et transverses."

Un parcours adapté aux enjeux de demain

La proposition faite aux étudiants est donc de se construire un parcours diversifié leur permettant d’évoluer, à terme, dans la fonction publique comme dans le privé. "Nous avons aussi un rôle à jouer dans l’accompagnement de ces jeunes pour identifier ce qu’ils aiment faire et leurs compétences, scolaires comme personnelles", pointe Anne Massart.

Ecopolis, dont les frais de scolarité s’échelonnent entre 5 900 et 7 900 euros l’année, est d’ores et déjà en train de recruter les deux promotions de 25 étudiants qui formeront sa première cohorte. À partir d’un tronc commun assez généraliste, s’appuyant sur une pédagogie innovante, ils pourront s’orienter vers un Bachelor management des organisations privées, publiques et associatives, un Mastère transformation des entreprises et nouveaux modèles économiques, ou encore un Mastère territoires et prospective. Ces formations, certifiées au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), entendent toutes préparer les étudiants aux futurs enjeux qui les attendent, une fois en poste. "Nous formons au marketing durable, aux achats responsables, à la finance solidaire, aux métiers de l’engagement, les RH sont abordées sous l’angle de l’inclusion… Les enjeux environnementaux ou sociaux seront au cœur des carrières de demain, dans l’industrie comme dans la fonction publique", appuie Anne Massart.

Soutenue par plusieurs figures du monde économique régional, comme Hervé Dupon, le président de Vitamine T, Frédéric Motte, président de la Mission Rev3, ou Olivier Pagezy l'ancien DG d'Entreprises & Cités, qui font partie de son comité de mission, Ecopolis devrait dès la rentrée 2024 s’ouvrir à la formation continue, pour aider les salariés déjà en poste à repenser leur parcours.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition