Bretagne

Transport

La deuxième génération au volant du groupe de transport breton PMGP

Par Isabelle Jaffré, le 15 septembre 2022

Le groupe breton PMGP, qui regroupe les Transports Pelé, Guivarc’h et Gendron, a investi 3,5 millions d’euros dans de nouveaux locaux pour Pelé dans le Finistère. Un moyen pour le groupe de se développer, avec à sa tête, depuis deux ans, le duo Guillaume et Pauline Pelé, le fils et la fille du fondateur Patrick Pelé.

L'entreprise de transport Pelé a été créé en 1995 par Patrick Pelé.
L'entreprise de transport Pelé a été créé en 1995 par Patrick Pelé. — Photo : DR

C’est une transmission qui s’est déroulée tout en douceur. En 2020, en pleine épidémie de Covid, Patrick Pelé passait la main du groupe de transports PMGP (215 salariés, 27,40 M€ de CA en 2021, 30 M€ en 2022), à ses deux enfants Guillaume et Pauline. Ce passionné de camions depuis son enfance avait fondé les Transports Patrick Pelé en 1995 et a su transmettre cet attachement à ses enfants. Ce relais est marqué par un investissement important, 3,5 millions d’euros, pour de nouveaux locaux neufs à La Martyre (Finistère) pour Pelé. "Nous avons acquis un terrain de 3,5 hectares, explique Guillaume Pelé. De quoi voir venir pour les 20 prochaines années !"

3,5 millions d’euros investis pour Pelé

L’entreprise a inauguré en juin dernier les 2 500 m² du bâtiment, comptant 1 500 m² de quai, 650 m² de garage et 350 m² de bureaux. "Nous étions auparavant à Saint-Urbain (Finistère) et voulions rester au barycentre de nos clients et de nos salariés. Nous ne cherchions pas la visibilité au bord d’une quatre-voies", poursuit le dirigeant. Le bâtiment abrite aussi une société de garage pour le propre compte des Transports Pelé mais aussi pour une autre société du groupe familial PMPG, Transports Guivarc’h, basée à Bodilis, à 15 km des nouveaux locaux de Pelé. Le groupe possède aussi les Transports Gendron à Étrelles (Ille-et-Vilaine).

les transports Pelé ont investi 3,5 millions d’euros à La Martyre (Finistère).
les transports Pelé ont investi 3,5 millions d’euros à La Martyre (Finistère). - Photo : Isabelle Jaffré

Les trois entreprises de transports, "qui ont gardé leur nom et leur autonomie", précise le patron, sont complémentaires. Si elles font majoritairement du transport industriel et de palettes, chacune a un peu sa spécialité : les matières dangereuses (explosifs) pour Pelé (15 % de son CA), les légumes (55 % de son CA) et les menuiseries (10 %) pour Guivarc’h ou encore la viande et les légumes (20 %) pour Gendron.

Croissance pour les trois sociétés

Aujourd’hui, avec une nouvelle génération à sa tête, le groupe PMGP – pour Patrick, Michelle (la mère), Guillaume et Pauline, affiche une belle santé. "Ma sœur et moi travaillions tous deux dans le transport, chez Stef, quand, en 2012, mon père nous a proposé de reprendre l’entreprise", relate Guillaume Pelé. Le frère et la sœur acceptent mais à une condition : avoir un projet. Ce sera le rachat des Transports Gendron (Ille-et-Vilaine). Les deux entreprises sont de tailles équivalentes à l’époque (environ 35 salariés et 3,5 M€ de CA). Guillaume et Pauline Pelé ont donc filé à l’Ouest pour développer Gendron. Avec succès. En 2021, l’entreprise bretillienne, dirigée par Pauline, a réalisé 7,4 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 50 salariés et devrait atterrir à 7,7 millions d’euros en 2022. Sur la même période les Transports Pelé ont aussi grandi, atteignant 60 salariés et 6,4 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2021 (7,7 M€ de CA prévu en 2022).

"Parallèlement, le dirigeant des Transports Guivarc’h souhaitait céder et nous avait contactés. L’entreprise faisait trois fois la taille de Pelé. Nous avons décliné mais son dirigeant a accepté d’attendre", se souvient Guillaume Pelé. Et c’est donc en 2016 que la famille Pelé reprend Guivarc’h avec un associé qui sortira du capital en 2018. En 2021, la société de Bodilis, qui compte 90 salariés, a réalisé 13,2 millions d’euros de chiffre d’affaires et sera également en croissance en 2022 avec 14,6 millions d’euros. "Notre progression est en partie due à la hausse du prix du gasoil que nous répercutons mais pas seulement. Nous sommes aussi en croissance sur nos volumes transportés", souligne Guillaume Pelé.

Réflexion sur une flotte plus "propre"

"Depuis 2018, on structure donc le groupe. Je suis revenu dans le Finistère. Je gère Guivarc’h et ma sœur Gendron et nous gérons à deux Pelé. Nous avons mis en place un comité de direction avec des directeurs RH, DAF, SI et commercial", détaille-t-il. Une organisation qui a permis à Patrick Pelé de profiter du confinement pour lâcher les rênes. "Ce n’était pas forcément prévu à ce moment-là mais c’était l’occasion, sourit le fils. Nous étions sereins après 7 années passées ensemble. Pauline et moi étions prêts à reprendre le flambeau."

Désormais, la fratrie veut conforter la croissance de ses sociétés avec des croissances externes visées à moyen terme. Mais pas avant d’avoir assuré la stabilité du groupe : "en ce moment, comme tout le monde, nous sommes dans la gestion des coûts et des ressources humaines", souffle Guillaume Pelé. Mais les deux dirigeants pensent aussi à l’avenir et notamment au renouvellement de leur flotte de véhicules avec des camions plus "propres". "Nous sommes en pleine réflexion pour trouver une énergie alternative au gasoil. Nous devrions acter les choses en 2023, au plus tard en 2024." Le groupe a aussi un projet de déploiement d’ici 5 à 10 ans, d’un système d’information innovant pour tracer au plus près les marchandises de ses clients.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition