Auvergne Rhône-Alpes

Accompagnement

La Région Auvergne Rhône-Alpes met un milliard d'euros sur la table pour la relance

Par Audrey Henrion, le 05 juin 2020

La Région Auvergne Rhône-Alpes a présenté jeudi 4 juin un plan de relance de l’économie régionale doté d’une enveloppe totale d’un milliard d’euros et destiné, dans les années qui viennent, à générer 3 à 4 milliards d’euros d’investissement par effet de levier. Décliné en quatre volets, ce plan se concentre sur la reprise de l’activité dans le bâtiment et la préservation des emplois non délocalisables.

Présentation du plan de relance par Laurent Wauquiez, entouré des représentants des organisations patronales de la région.
Le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a présenté son plan de relance le 4 juin, entouré des représentants des organisations patronales locales. — Photo : Audrey Henrion / JDE

Injecter un milliard d’euros dans l’économie d'Auvergne Rhône-Alpes pour espérer générer, par effet de levier, 3 à 4 milliards d’euros d’investissements. Tel est le plan – au sens propre comme au figuré – présenté jeudi 4 juin par Laurent Wauquiez devant les représentants des fédérations patronales locales. Déclinant les moyens et les objectifs, le président (LR) de l’exécutif régional a précisé que cette perfusion visait le court et le long terme, en misant « sur le local et la préférence nationale ». « Je vais mener la bataille pour réinternaliser nos outils de production », a-t-il averti.

Soutenir les chantiers dans les communes

Sans surprise, près de la moitié de l'enveloppe de ce plan (470 millions d’euros) est dédiée au BTP. Dans le détail, 100 millions d’euros sont ventilés dans le contrat de plan Etat-Région pour les infrastructures, 250 millions d’euros dans une enveloppe baptisée « bonus-relance » et destinée à accélérer, avant la fin de l’année, la mise en chantier des projets votés dans les communes. Sans oublier une dernière enveloppe de 220 millions d’euros pour aider les communes à lancer les travaux de 2021.

« Les constructions d'équipements sportifs, l’extension des réseaux internet, la rénovation d’une école, le chantier universitaire de Grenoble, un internat à Clermont-Ferrand, la ligne ferroviaire de Gap… ce sont des chantiers à faire tout de suite pour soutenir les TPE, PME et artisans du bâtiment », plaide Laurent Wauquiez. Grâce à ces aides, la Région espère ainsi générer 500 millions d’euros de travaux. Une condition cependant : « toutes les collectivités devront s’engager à faire des marchés publics sur la clause du mieux disant pour favoriser nos entreprises » martèle le président, qui appelle aussi les organisations syndicales à encourager la sous-traitance entre entreprises locales.

Sécuriser l’implantation industrielle locale

Deuxième « chapitre » de ce plan, l’emploi local. Il s'agit de flécher quelque 80 millions d’euros vers le soutien aux petits commerces, artisans, restaurateurs, buralistes, taxis... 10 millions d’euros sont consacrés aux actions de promotion du tourisme régional sur un air de « venez respirer dans nos montagnes et nos campagnes ». « Chaque euro dépensé doit aller aux entreprises de notre territoire, exactement comme le font les Italiens et les Allemands. Nous étions jusqu’alors les seuls perdreaux de l’année à distribuer nos projets à des entreprises qui ne sont pas françaises », martèle l’ancien président de LR.
Dans cet esprit, l’exécutif entend aussi sécuriser l’implantation locale des industries, notamment pharmaceutiques, militant par exemple pour le projet de reprise de MSD à Riom par le groupe de Haute-Loire Fareva.

Au-delà de l’ancrage de l’industrie pharmaceutique en Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez a une obsession : « devenir la première région d’Europe en matière de production de matériel de protection ». La Région a notamment apporté une aide financière à Gem Optics à Bellignat (Ain), PME qui fabrique des lunettes de protection. Mais il a aussi en tête les entreprises de la sous-traitance aéronautique qui ont pour l’instant, et faute de commandes, pivoté leur production vers la fabrication de masques (Porcher Industries, Diatex…).

Bottant en touche au sujet de la surproduction dénoncée par les entreprises textiles locales qui se retrouvent avec un surplus de masques, Laurent Wauquiez a par ailleurs annoncé la création d’une « market place », une plateforme en ligne destinée à valoriser les producteurs industriels locaux.

Un fonds régional pour entrer au capital d'entreprises

Fort de sa stature de « première région industrielle de France », Auvergne Rhône-Alpes va mener une vaste campagne de promotion en Ile-de-France dotée de 10 M€ de budget. Objectif : attirer dans la région des sièges nationaux « plutôt qu’ils ne s’entassent à Paris » (sic). Avec la volonté aussi d'investir 50 M€ « dans une économie plus verte et plus digitale ». Dans sa besace, la présidence d’Auvergne Rhône-Alpes conserve pour l’instant le projet d’un fonds régional d'investissement dont la dotation n’est pas encore connue précisément, mais qui doit servir à entrer au capital d’entreprises qui risquent d’être rachetées par des fonds étrangers. « Ce point reste à préciser », a fait savoir le président de l’exécutif.

En janvier, lors de la présentation de son dernier budget primitif complet avant les élections régionales de mars 2021, Laurent Wauquiez avait déjà annoncé un budget d’investissement d’un milliard d’euros en 2020. L’accent était alors mis sur l’environnement et les transports. Ce nouveau plan "post Covid-19" pourrait, espère la Région, permettre la « création ou sécurisation » de 50 000 ou 100 000 emplois.

Présentation du plan de relance par Laurent Wauquiez, entouré des représentants des organisations patronales de la région.
Le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a présenté son plan de relance le 4 juin, entouré des représentants des organisations patronales locales. — Photo : Audrey Henrion / JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail