Xplore veut accompagner les investissements productifs
# Finance # Start-up

Xplore veut accompagner les investissements productifs

S'abonner

Épopée Gestion a décidé de transformer son fonds d’investissement dans l’innovation West Web Valley en Xplore. La marque de changements vers une zone géographique élargie de la Bretagne à l’Arc Atlantique et vers des activités plus globales que simplement le numérique.

L’équipe d’Xplore, avec au premier plan à gauche, Charles Cabillic et debout à droite, Sébastien Le Corfec — Photo : Xplore

Dix ans après sa création, West Web Valley qui portait les deux fonds West Web Valley I (34,3 M€) et West Web Valley II (45,6 M€) vient de changer de nom pour devenir Xplore. “Nous étions en fin de cycle”, explique Charles Cabillic, cofondateur d’Épopée Gestion, la société d’investissement qui porte la nouvelle marque dédiée à l’activité de capital innovation.

L’Arc Atlantique comme terrain de jeu

West Web Valley était très centré sur les start-up de Bretagne historique, Xplore veut élargir son terrain de jeu à l’Arc Atlantique. “Nous avons également des contacts en Normandie”, souligne le dirigeant. Le paysage des start-up est en perpétuel changement. “Bordeaux a mis du temps à s’y mettre par exemple. Et en ce moment, Rennes dépasse Nantes en termes de dynamisme. Cela dépend en partie de la politique menée dans ces villes ou régions”, constate Charles Cabillic.

Autre évolution, celle des profils des projets accompagnés. “Il y a dix ans, il y avait beaucoup d’entreprises du digital, désormais, les activités sont davantage diversifiées”, note Sébastien Le Corfec, associé d’Épopée Gestion qui était aussi à l’origine de West Web Valley. “Les innovations ne concernent désormais plus uniquement le numérique mais aussi les transports, l’industrie, l’agriculture, l’énergie, à l’image des Finistériens de Seederal et de son tracteur électrique”, cite-t-il.

“Tout est lié, poursuivent les deux dirigeants. Quand l’innovation était numérique, elle était dans les grandes villes. Désormais, les start-up ont besoin de place pour leurs investissements industriels et nous avons des entreprises dans des zones plus rurales, comme Zéphyr et Borée à Lorient.”

L’accélérateur s’est aussi transformé pour financer et accompagner des projets à différents stades de développement : “Nous avons aussi fait de l’amorçage, du pré-amorçage. L’important, c’est le projet et ceux qui le portent”, insistent-ils. Sur les dix dernières années, West Web Valley recevait en moyenne 400 à 500 projets par an, pour environ 25 start-up accompagnées. “Et désormais, nous en sommes à 600 voire 700 projets reçus par an.”

Accompagner les transitions

“L’ADN d’Xplore, c’est de créer de l’emploi local. Rien que le fonds West Web Valley I a engendré 700 emplois !, se félicite Charles Cabillic. Notre réussite, c’est quand nos start-up deviennent des PME.” Le dirigeant se veut à contre-courant de la course à la levée de fonds. “Notre rôle est au contraire d’éviter de voir s’envoler les valorisations spéculatives. Il faut qu’une start-up lève ce dont elle a besoin. Aujourd’hui, la situation s’est normalisée par rapport à il y a quelques années et on voit apparaître des dirigeants qui disent vouloir grandir de façon organique. C’est très sain.”

À l’avenir, Xplore souhaite accompagner les entreprises dans leurs transitions. “Ces dix dernières années, nous étions sur la création de nouveaux métiers. Aujourd’hui, il faut aller vers la création de services pour accompagner les PME et les industries existantes dans leur transformation pour répondre aux enjeux environnementaux, sociétaux et du numérique”, conclut Charles Cabillic.

# Finance # Start-up # Levée de fonds