Lorient
Le bateau insolite SeaLoft, nouvel ovni de l'écosystème maritime lorientais
Lorient # Naval # Innovation

Le bateau insolite SeaLoft, nouvel ovni de l'écosystème maritime lorientais

S'abonner

Après avoir développé le projet de compétition Hydroptère, l'architecte naval Jean-Mathieu Bourgeon a dessiné le houseboat de SeaLoft, entre péniche et tiny-house. Dans son sillage, c'est tout l'écosystème lorientais qui s'est associé à l'innovation. La phase commercialisation est ouverte.

— Photo : Xavier Eveillé

La vogue de l’hébergement insolite est-elle en mal de nouveautés ? Certainement pas en Bretagne ! Le défi que viennent de relever l’architecte naval plouharnelois Jean-Mathieu Bourgeon (JMKoncept) et le chantier naval lorientais SailWood va mettre bien des étoiles dans les yeux des amateurs d’expériences originales et atypiques. Entre péniche et loft, tiny-house et roulotte flottante, le « houseboat » made in Morbihan vient de se poser comme une fleur dans le port de Kernével, à Larmor-Plage. Cadre idyllique pour un navire qui l’est tout autant avec sa chambre panoramique à 360° : « C’est une maison ossature bois fixée sur une coque en résine époxy », résume Jean-Mathieu Bourgeon. Une MOB posée sur l’eau, en somme. 

Jean-Mathieu Bourgeon à bord du houseboat de SeaLoft — Photo : Xavier Eveillé

D’une surface de 48 m² (et jusqu'à 28 m² de terrasse extérieure), le houseboat peut accueillir 5 personnes, disposant en bas d’une chambre avec trois lits simples, d’une salle de bain cosy et d’un séjour avec cuisine équipée. Une version à 7 est prévue.

Eviter l’écueil des bateaux-ventouses

L’un des défis : éviter l’écueil du bateau-ventouse. « Ce navire va recevoir beaucoup de monde, tout en étant performant écologiquement avec deux systèmes de traitement des eaux grises et noires. Tout l’inverse d’un bateau inoccupé, mal entretenu, ne générant pas de flux pour le tourisme local ! », défend Jean-Mathieu Bourgeon.

SeaLoft, union de plusieurs partenaires dans l'aventure dont JMKoncept et SailWood — Photo : Xavier Eveillé

Le projet a rapidement séduit plusieurs partenaires : le chantier SailWood, piloté par Eric Séchaud, la Sellor, gestionnaire des ports de plaisance du pays de Lorient, associée sur le volet environnemental, pour finalement donner naissance à la société lorientaise SeaLoft, dirigée par Bertrand L’Helgoualc’h. Elle exploite la première unité produite comme hébergement insolite. D'autres unités sont prévues sous peu. SeaLoft se charge de la commercialisation auprès des particuliers ou des professionnels du tourisme. Elle gère les éventuels dossiers d’aide à l’installation et les démarches administratives, comme de dénicher le quai ou le mouillage adéquat. 

Projet collaboratif à la bretonne

Les pouvoirs publics ont vu le projet d’un bon œil : innovant et écologique, ont-ils jugés, les fournisseurs les plus lointain étant situés dans les Côtes d’Armor et en Loire-Atlantique. Le projet a été nominé lors du concours Startup et Tourisme nautique organisé par la CCI du Morbihan en début d’année. Les élus du pays de Lorient y voient une excellente manière de différencier l’offre, les porteurs de projet se prenant à rêver, quant à eux, d’écoquartiers sur l'eau.

Dans le cas du houseboat de SeaLoft, le paradis flottant a – revenons sur terre - un prix : 150 000 €. « L’entretien est simple, proche des standards d’une petite péniche », confie Jean-Mathieu Bourgeon. On imagine le potentiel touristique de l'ovni : la rentabilité est, bien souvent, au bout du rêve.

Lorient # Naval # Innovation