Maine-et-Loire
A Cholet, SPPF ouvre ses volets roulants sur l'avenir
Maine-et-Loire # Industrie

A Cholet, SPPF ouvre ses volets roulants sur l'avenir

S'abonner

Créée en 1947 à Cholet, l’entreprise SPPF, pour Société de production de portes et fermetures, s’est spécialisée au fil des ans dans la fabrication de volets roulants pour bloc baie. Entrée dans le giron du groupe Bouyer Leroux en 1996, elle a doublé son chiffre d’affaires ces dix dernières années et envisage le recrutement de 50 personnes dans les 5 ans.

Pour les différents éléments de ses volets produits à Cholet, l'entreprise SPPF fait appel à des sous-traitants majoritairement locaux — Photo : Olivier Hamard JDE

Environ 800 volets roulants sortent chaque jour de l’entreprise choletaise SPPF, auxquels s’ajoutent un millier de volets en kit qui seront livrés chez des clients menuisiers pour y être assemblés. Lancée à la fin des années quarante initialement pour la fabrication de portes isoplanes, la société s’est orientée dans la production de persiennes et de portes de garage pour prendre en 1968 le virage du PVC et se spécialiser peu à peu vers les volets roulants. Forte de 150 salariés, la plus ancienne filiale de Bouyer Leroux, intégrée au groupe de la Séguinière en 1996 avec 19 personnes, affiche 44 millions d’euros de chiffre d’affaires contre 5 M€ lors de sa reprise.

Une extension fin 2021 ou début 2022

L’entreprise SPPF est résolument choletaise et ancrée dans son territoire À seulement quelques centaines de mètres des locaux historiques où elle a vu le jour dans l’immédiat après-guerre, cachée par des bâtiments commerciaux, la société a achevé en juillet l’agrandissement de ses espaces de bureau.

Il lui a fallu aussi intégrer en location un bâtiment sur le terrain adjacent pour un atelier d’assemblage et un autre, un peu plus loin, pour assurer une partie de sa logistique. « Nous venons de lancer un projet d’extension de la partie production pour fin 2021 ou début 2022, précise Stéphane Jacquet, le directeur général de SPPF. Nous disposons de 11 000 mètres carrés sans les locaux que nous louons mais c’est aujourd’hui insuffisant. L’idée est de tout ramener ici, car nous n’avons pas la culture d’une entreprise multisite. » La location de mètres carrés supplémentaires n’est donc pas une solution trouvée pour des besoins temporaires : l’entreprise est en croissance et veut se présager un bel avenir. Passée de 100 à 150 personnes ces quatre dernières années, elle envisage d’embaucher 50 nouveaux salariés dans les cinq ans : « Les recrutements précédents se sont faits de manière étalée, précise Stéphane Jacquet. Mais là, nous prévoyons d’embaucher déjà 20 à 25 personnes dès l’an prochain, essentiellement des opérateurs pour l’assemblage comme pour l’extrusion. »

Un marché exclusivement français

Le choix de concentrer ses activités sur les volets roulants a permis à l’entreprise SPPF d’innover dans ce domaine. Il y a plus de trente ans, c’est elle qui a créé le premier volet roulant pour bloc baie, permettant d’intégrer directement le volet sur la fenêtre en usine pour en faciliter la pose. Depuis, l’entreprise a gagné des parts de marché et elle fabrique environ 20 % des volets roulants posés en France. Elle produit elle-même ses profilés en PVC, dans son atelier d’extrusion, puis assemble chaque volet dans son coffre.

Tous sont ensuite testés avant de quitter l’usine. Ils seront intégrés dans les produits des fabricants de portes et fenêtres. « Nos clients sont implantés sur tout le territoire national, précise Stéphane Jacquet, mais un tiers des fabricants de menuiseries se situant dans l’ouest de la France, notre marché est le reflet de cette réalité géographique, et nous travaillons avec les importants acteurs régionaux dans ce secteur. De même, comme nous sommes concepteurs de nos produits, nous faisons fabriquer une grande partie des éléments par des sous-traitants locaux. En revanche, les systèmes de construction étant très différents d’un pays à l’autre, nous n’exportons pas du tout. » Au total, SPPF compte environ 200 clients répartis dans tout le pays, dont une quarantaine de « majeurs », grands fabricants du secteur et voisins pour beaucoup, tels que Batistyl à Maulévrier ou Caib, à Cholet.

Des innovations dans un secteur porteur

Si l’export ne peut représenter un levier de croissance, SPPF n’en entrevoit pas moins un bel avenir. Les produits de l’entreprise sont utilisés in fine autant en rénovation qu’en construction neuve, installés pour 75 % dans des bâtiments collectifs et pour 25 % dans des maisons individuelles. "Si le secteur de la construction connait une légère stagnation, ajoute Stéphane Jacquet, nous avons une bonne visibilité car nous sommes sur des marchés à forte inertie."  Avec un bureau d’études intégré, l’entreprise choletaise travaille aussi au développement de nouveaux types de volets : « Nous innovons à la fois pour répondre aux demandes de nos clients mais aussi pour précéder leurs attentes, précise Stéphane Jacquet, en termes de performances énergétiques et acoustiques, d’étanchéité à l’air. Nous avons aussi équipé nos nouveaux bureaux de volets brise-soleil orientables, un produit que nous testons actuellement pour le proposer ensuite à nos clients. »

Au-delà de la recherche de nouveautés, SPPF innove aussi dans le domaine environnemental. L’entreprise a été l’une des premières de son secteur à recycler l’intégralité de ses chutes de PVC, qu’elle réintègre ensuite en sous-couche dans sa fabrication.

Maine-et-Loire # Industrie