Banque

Crédit Mutuel : « La confédération est la garante de la marque, de la solidité et de la solidarité du groupe »

Par Adelise Foucault, le 27 février 2018

Le groupe Crédit Mutuel CM11-CIC (Crédit Mutuel Centre Est Europe, Sud-Est, Île-de-France, Savoie-Mont Blanc, Midi Atlantique, Loire Atlantique et Centre Ouest, Centre, Normandie, Dauphiné-Vivarais, Méditerranéen et Anjou) a dévoilé des résultats au beau fixe pour 2017. Tout en évitant d’évoquer frontalement le dossier Arkéa, ses dirigeants ont rappelé tout l’intérêt de faire partie du groupe mutualiste.

Daniel Baal, directeur général du Crédit Mutuel CM11-CIC (à gauche), s'est dit prêt à accueillir la fédération Crédit Mutuel Massif Central, qui a annoncé son départ de la confédération Arkéa. — Photo : Adelise Foucault

« Arkéa n’est pas le sujet pour nous ». En préambule de la conférence de presse dévoilant les résultats annuels du groupe Crédit Mutuel CM11-CIC (Crédit Mutuel Centre Est Europe, Sud-Est, Île-de-France, Savoie-Mont Blanc, Midi Atlantique, Loire Atlantique et Centre Ouest, Centre, Normandie, Dauphiné-Vivarais, Méditerranéen et Anjou), Nicolas Théry, le président de la Confédération nationale du Crédit Mutuel, à laquelle sont affiliées les fédérations régionales (dont les confédérations CM11-CIC et Arkéa), a tenu à anticiper et barrer la route aux éventuelles questions sur cet épineux dossier.

Rappelons que la fédération bretonne réclame son indépendance du groupe mutualiste. Cette bataille pourrait trouver une issue prochaine, les caisses locales d’Arkéa seront en effet amenées ces prochains jours à se prononcer sur l’opportunité de quitter la Confédération nationale de la banque mutualiste.

Voyants au vert

Le CM11-CIC est le plus puissant des six groupes régionaux et « tous ses indicateurs sont au vert » selon ses dirigeants. Son produit net bancaire atteint les 14 milliards d’euros en 2017 en hausse de 4,2 %, avec un résultat d’exploitation en hausse de 8,5 % à 4,7 milliards d’euros. Son résultat net, de 2,4 milliards d’euros, est en retrait de 10,5 % « mais aurait été positif sans l’instauration par le gouvernement de la surtaxe d’impôt sur les sociétés en novembre dernier, représentant pour nous une enveloppe de 296 millions d'euros », indique Daniel Baal.

Sans évoquer le dossier Arkéa, son directeur général, Daniel Baal, insiste sur le fait que le groupe n’a « aucune ambition d’OPA et encore moins d’OPA hostile. Cela n’a rien à voir avec le modèle mutualiste auquel nous sommes attachés ». Celui-ci pointant le modèle décentralisé du groupe mutualiste laissant une large autonomie d’actions aux caisses fédérales, la confédération étant « la garante de la marque, de la solidité et de la solidarité ». « Sans confédération il n’y aurait pas d’unité au Crédit Mutuel, ce ne serait que des banques éparses moins solides », estime-t-il.

Le CM11 prêt à accueillir la fédération Massif Central

Le Crédit Mutuel Massif Central a émis l’été dernier le souhait de quitter la Caisse fédérale Arkéa pour rejoindre le CM11. « Ce choix est le leur », a commenté Nicolas Théry. Daniel Baal va plus loin : « Ils font le choix essentiel de l’unité. Nous allons mettre en œuvre les moyens pour permettre de les accueillir. »

Daniel Baal, directeur général du Crédit Mutuel CM11-CIC (à gauche), s'est dit prêt à accueillir la fédération Crédit Mutuel Massif Central, qui a annoncé son départ de la confédération Arkéa. — Photo : Adelise Foucault