Haut-Rhin

Logistique

Agility Logistics s'organise face à l'épidémie de coronavirus

Par Charlotte Stievenard, le 06 février 2020

Alors que l'épidémie de coronavirus continue de s'étendre, les clients de l'agence Agility Logistics à l'aéroport de Bâle-Mulhouse connaissent des difficultés de livraisons depuis ou vers la Chine. Au nouveau centre de logistique haut-rhinois de Blotzheim, le virus a peu d'impact.

Situé à deux pas de l’aéroport de Bâle-Mulhouse, sur la commune de Blotzheim, le nouveau site sera opérationnel en septembre prochain.
Le nouveau centre de logistique d'Agility à Blotzheim a été inauguré en octobre dernier. — Photo : © Agility Logistics AG

À l’aéroport de Bâle-Mulhouse, la division Europe d’Agility Logistics (5,1 Md€ de CA, 26 000 collaborateurs), un groupe international de logistique basé au Koweït, ressent les effets du coronavirus.

« Aucune compagnie aérienne ne dessert la Chine depuis cet aéroport. Le blocage est général. La plupart de nos clients bâlois sont dans le secteur pharmaceutique. Ils ont gardé leurs marchandises chez eux et certains ont tout simplement freiné leur production », explique Régis Serriere, responsable commercial du groupe basé à Bâle. Pour faire patienter ses clients, Agility Logistics leur retransmet directement les mises à jour du groupe sur la situation avec des projections jusqu’à fin mars à l’heure actuelle.

Peu d'impact sur le site de Blotzheim

Selon Régis Serriere, « pour le groupe, ce qui est compliqué, c’est la consolidation, c’est-à-dire remplir les camions, les avions et les bateaux pour perdre le moins de place. Le coronavirus occasionne des retards, des ruptures de chaînes ou l'impossibilité de livrer certains produits. » Le responsable commercial estime que l’impact économique ne peut pour l’instant pas être chiffré. « En interne, ce qui inquiète c’est surtout la situation des collègues en Chine, indique-t-il, mais selon les informations du groupe, tout va bien pour l’instant. »

Pendant ce temps là, dans le nouvel entrepôt logistique d'Agility à Blotzheim (20 collaborateurs) dans le Haut-Rhin, l'impact du coronavirus est bien moindre. Selon Régis Serriere, « les clients de Blotzheim travaillent peu avec la Chine et les produits concernés sont surtout des snowboards (Nidecker), des vélos haut de gamme (BMC) ou de l’alimentaire industriel, donc pas de produits frais. Seuls certains de ces produits sont expédiés par avion. »

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail