Montpellier

Logistique

Le spécialiste de l'éolien Mywindparts se dote de grandes capacités logistiques

Par Anthony Rey, le 21 juin 2021

Fournisseur de pièces détachées pour éoliennes, l’héraultais Mywindparts déménage à Montpellier et crée une nouvelle plateforme logistique. Il travaille aussi à l’acquisition d’un grand foncier, aux mêmes fins, alors que le marché du remplacement des vieux parcs éoliens va s’ouvrir.

Mywindparts veut se positionner dans le rachat de parcs éoliens finissants.
Mywindparts veut se positionner dans le rachat de parcs éoliens finissants. — Photo : Mywindparts

Entreprise fondée à Gigean (Hérault) en 2016, Mywindparts (10 salariés, CA 2020 : 1,5 M€) est en croissance continue sur son métier de fournisseur et réparateur de pièces détachées pour les éoliennes, en phase de construction ou de maintenance. Pour soutenir l’évolution du marché sur les plans national et régional, elle déménage à Montpellier où elle a investi 500 000 euros dans la création d’une nouvelle plateforme logistique.

Des besoins logistiques en forte croissance

Situé dans d’anciens locaux d’IBM à Montpellier, le site s’étend sur 2 500 m2, dont 2 400 m2 dédiés à la logistique. En plus de la construction de nouveaux bureaux, la surface d’entreposage a été aménagée, avec l’installation de nombreux racks de stockage notamment. Mywindparts indique qu’elle gère à ce jour un stock de pièces d’une valeur de 500 000 euros, qu’elle va doubler en 2021. "Nous investissons de plus en plus sur les stocks. Nos clients nous appellent, le plus souvent, une fois que leurs éoliennes sont déjà tombées en panne. Il nous faut donc la capacité de réagir et d’intervenir rapidement", explique Sébastien Duchesne, directeur général de Mywindparts.

Mais les besoins sont tels que Mywindparts planche déjà sur un nouveau projet à vocation logistique, de plus grande ampleur. En liaison avec le Conseil régional, l’entreprise a identifié un foncier d’un hectare situé près de la commune du Bosc (Hérault). Sous réserve de pouvoir réaliser les travaux d’accès à la zone et d’obtenir les autorisations en matière de transport exceptionnel, Mywindparts souhaite y installer un site dédié au stockage des éoliennes en fin de vie.

La nouvelle manne de l’éolien vieillissant

Cette nouvelle activité est liée à l’essor "repowering" : cette pratique consiste à remplacer, dans le domaine des énergies renouvelables, tout ou partie des infrastructures vieillissantes. "Le parc moyen des éoliennes en France date de 10 à 12 ans. Or, les parcs de plus de 15 ans sortiront bientôt de l’obligation d’achat par EDF. Les exploitants, pour pouvoir continuer ensuite à vendre au plus offrant, devront changer leur parc, arrivé en fin de vie, au profit de machines plus puissantes qui produiront plus d’électricité. Selon les estimations, ce sont 600 à 700 éoliennes par an qui devront être démantelées à partir de 2023", poursuit Sébastien Duchesne.

Déjà pionnière dans la fourniture de pièces détachées, Mywindparts veut attaquer rapidement ce marché naissant en France : elle se positionnera pour racheter des parcs éoliens finissants, dont elle récupérera les machines pour les réparer et les reconditionner dans ce futur site héraultais.

Mywindparts lancera cette activité à la rentrée. En 2021, elle prévoit de racheter un premier parc éolien, et a déjà répondu à 8 appels d’offres sur le sujet pour 2022. L’ampleur des opérations à venir supposera d’investir lourdement, en plus de l’acquisition du foncier, pour construire une nouvelle plateforme dotée de ponts roulants et de machines-outils. L’entreprise pourrait mobiliser un investissement de 10 millions d’euros, avec le soutien du groupe Voltalia (fabricant d’équipements pour centrales solaires), devenu son actionnaire majoritaire en 2020.

Mywindparts veut se positionner dans le rachat de parcs éoliens finissants.
Mywindparts veut se positionner dans le rachat de parcs éoliens finissants. — Photo : Mywindparts

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail