Morbihan

Industrie

Interview Coronavirus - Polyform Concept Métal : « Notre nouvelle organisation sécurise la production »

Entretien avec Thierry Lopin, dirigeant de Polyform Concept Métal

Propos recueillis par Ségolène Mahias - 21 avril 2020

Après quatre semaines d’arrêt, la PME Polyform Concept Métal a relancé sa production à Inzinzac-Lochrist, dans le Morbihan. Thierry Lopin, dirigeant de cette entreprise de métallurgie, a pris de nombreuses mesures et repensé son organisation pour assurer l'avenir.

Thierry Lopin a repris Polyform Concept Metal en mars 2019.
Thierry Lopin a repris Polyform Concept Metal en mars 2019. — Photo : Ségolène Mahias

Le Journal des Entreprises : Polyform Concept Métal fabrique de nouveau : quel a été le signal fort pour reprendre ?

Thierry Lopin : Polyform Concept Métal (25 salariés et un prévisionnel 3,5 M€ de CA) avait fermé ses portes le 17 mars pour ne les rouvrir que le 13 avril. Seuls deux salariés intervenaient sur les sites agroalimentaires en activité. Durant 15 jours, j’ai beaucoup lu et je me suis beaucoup interrogé. Au terme de cette quinzaine, je commençais à tourner un rond car j’avais établi différents scenarii selon l’évolution des événements, comme une possible mise en quarantaine, le confinement (qui a été décidé), une reprise totale ou partielle du travail. J’en étais à mon quatrième plan quand j’ai décidé d’ouvrir après avoir pu éclaircir les aspects organisationnels et sanitaires. Mais avant, j’ai également sécurisé la partie financière : j’ai une bonne trésorerie. J’ai reporté mes charges auprès de l’Urssaf. J’ai également reporté les échéances de mes prêts et ouvert une ligne Dailly (une avance de crédit de court terme, NDLR). J’ai décidé des mesures à prendre pour la reprise avec notre assistante et notre directeur de technique. Nous avons ensuite appelé nos salariés : ils étaient prêts à travailler. C’était l’essentiel.

« J’avais établi quatre scenarii selon l’évolution des choses »

Quelles mesures avez-vous prises pour concilier la sécurité de vos salariés et la continuité de la production ?

Thierry Lopin : Le télétravail reste de mise pour nos collaborateurs administratifs, du bureau d’études ou commerciaux. La reprise de la production était possible car les postes sont déjà très espacés dans l’atelier. Je mets à disposition de mes équipes sur site des masques en tissus et des visières. J’attends aussi la livraison, mi-mai, normalement, de 1 500 masques chirurgicaux et de 500 masques FFP2. Nous disposons de plusieurs litres de gels hydroalcooliques et il y a une vingtaine de flacons à disposition dans l’entreprise.

Le principe que j’ai appliqué est le suivant : « un salarié arrive sain sur site et repart sain ». Ils doivent porter un masque depuis la sortie de leur voiture jusqu’à leur poste de travail. Ils se lavent les mains en arrivant et leur température est prise par le responsable d’atelier avant accès à leur poste de travail. Les équipes ne sont que de 5 salariés au maximum. À l’heure actuelle, une seule équipe travaille mais je peux monter à trois équipes qui se succéderont de 6 heures à 22 heures sans se croiser dans les vestiaires. Les pauses se font au poste de travail. Il y a aussi un pulvérisateur pour les tenues de travail, plus de serviettes éponge mais des serviettes papier…

« Un salarié arrive sain sur site et repart sain »

Comment voyez-vous l’avenir ?

Thierry Lopin : Notre carnet de commandes était plutôt bon pour mai, mais nous assistons à un décalage de mai vers novembre. J’ai dit à mes équipes commerciales et du bureau d’études qu’il fallait repartir à la conquête d’affaires et de dossiers. L’agroalimentaire ne s’est pas arrêté, c’est déjà ça. Nous sentons un frémissement de l’activité au sens large. Nous sommes consultés par des clients. Une question revient souvent : « qu’avez-vous mis en place comme mesures de protection pour reprendre votre activité et quelles sont vos capacités de production ? » Derrière ces deux questions, il faut comprendre que les clients s’interrogent sur la capacité de leurs partenaires industriels à produire si des salariés venaient malheureusement à être contaminés par le virus. Polyform a mis tout en place pour assurer la production quoi qu’il arrive. Notre nouvelle organisation sécurise totalement cela. La période actuelle est unique pour tout le monde. J’en retiens déjà une belle aventure humaine en interne. Nous avons beaucoup échangé avant la reprise. J’ai senti une vraie solidarité. L’équipe s’est soudée encore davantage dans cette période.

Thierry Lopin a repris Polyform Concept Metal en mars 2019.
Thierry Lopin a repris Polyform Concept Metal en mars 2019. — Photo : Ségolène Mahias

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail