Metz

Numérique

En pleine crise, Two-i a poursuivi sa croissance

Par Jonathan Nenich, le 29 mai 2020

Alors que la crise sanitaire handicape de nombreuses entreprises, Two-i poursuit son développement. L’éditeur de logiciels messin a profité du confinement pour s’associer avec un groupe international, Konica Minolta, et pour commercialiser un nouveau produit.

Julien Trombini et Guillaume Cazenave sont les fondateurs de Two-i. Ils sont les seuls acteurs locaux à disposer d'une technologie qui analyse l'émotion humaine, permettant ainsi de prévoir le comportement.
Julien Trombini (à gauche) et Guillaume Cazenave devrait pouvoir multiplier l'activité de Two-i par cinq à court terme. — Photo : Jonathan Nenich

C’est une avancée de prestige que Two-i a pu concrétiser en pleine crise sanitaire : l’éditeur de logiciel messin s’est associé à la filiale française de Konica Minolta (spécialisée en vidéoprotection intelligente) pour l’aider à développer KoniTherm. Cette station de vidéosurveillance thermique conçue pendant le confinement a pour vocation d’assurer la sécurité des employés dans les entreprises. « Notre intelligence artificielle permet de récupérer la température corporelle d’une personne en pointant sur des endroits précis du visage. Elle permet aussi de détecter le port du masque », expose Guillaume Cazenave, cofondateur de Two-i. Spécialisée dans la construction et la conception de logiciels intelligents d’automatisation des tâches de vision par ordinateurs pour la sécurité, la santé et la Ville intelligente, Two-i espère se faire connaître grâce à cette association. « Un groupe international a fait appel à nous, c’est prometteur pour la suite. Nous espérons que ce projet en appellera d’autres. La crise sanitaire pourrait créer de la demande concernant la prise de température. Or, c’est un marché sur lequel nous sommes en capacité de nous positionner. Nous avons une belle carte à jouer », se réjouit Guillaume Cazenave, l’associé de Julien Trombini, l’autre cofondateur. L’association avec Konica Minolta pourrait éventuellement permettre la création de deux nouveaux emplois.

« La crise sanitaire pourrait créer de la demande sur la prise de température. Or c’est un marché sur lequel nous sommes en capacité de nous positionner. »

Konica Minolta s’occupe de commercialiser le produit qui vise à faire respecter les gestes barrières (port du masque et distance physique) en entreprise et à gérer les flux de personnes, par des mesures et des analyses statistiques. Two-i de son côté, est commissionné sur chaque vente de matériel vendu 10 000 € l’unité, mais tient à rester discret quant au nombre de stations KoniTherm. Selon Ouest-France, Konica Minolta aurait déjà validé la vente de 50 de ces appareils au mois de juin.

Un produit pour la sécurité des villes

L’entreprise innovante de 21 employés a aussi profité du confinement pour lancer officiellement son produit appelé Vigilance. Ce dernier avait remporté les Milipol Innovation Awards 2019. Vigilance est une technologie qui s’adresse aux villes et aux centres de supervision urbains. Avec des notifications en temps réel, une possibilité de vision en 3D sur une carte, une capacité d’accélération de la vidéo fois 30 et un système d’analyse de vidéos enregistrées et de recherche d’objets, Vigilance entend faciliter la sécurité. Le logiciel est aussi équipé de fonctions qui garantissent le respect de la vie privée. « Nous déployons cette solution qui doit nous permettre de multiplier par cinq notre activité », livre Guillaume Cazenave qui reste discret sur le chiffre d’affaires de Two-i. L’entreprise innovante qui n’a pas pu boucler une levée de fonds suite au confinement est toujours à la recherche de capitaux, et cherche entre un et deux millions d’euros pour continuer de se développer. « Le confinement a ralenti notre processus de levée de fonds. Mais nous avons mis ce temps à profit pour développer notre force commerciale. Un peu de temps pour écrire notre histoire », se réjouit le dirigeant.

Julien Trombini et Guillaume Cazenave sont les fondateurs de Two-i. Ils sont les seuls acteurs locaux à disposer d'une technologie qui analyse l'émotion humaine, permettant ainsi de prévoir le comportement.
Julien Trombini (à gauche) et Guillaume Cazenave devrait pouvoir multiplier l'activité de Two-i par cinq à court terme. — Photo : Jonathan Nenich

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail