Nantes

Services aux entreprises

Investissement

Le créateur d’objets publicitaires Génicado ouvre son capital et vise l’international

Par David Pouilloux, le 31 janvier 2024

Implanté au nord de Nantes, le créateur d’objets publicitaires ou goodies, Génicado vient d’ouvrir son capital à 15 cadres et à BNP Paribas Développement. Cette PME de 80 salariés, qui réalise 19 millions d’euros de chiffre d’affaires, vise rapidement deux croissances externes à Lyon et Bordeaux, ainsi qu’un développement à l’international. Objectif : 28 millions d’euros en 2028.

Quentin et Martin D’Hermies, co-dirigeants de la PME familiale Génicado, experte des objets publicitaires, est implantée près de Nantes.
Quentin et Martin D’Hermies, co-dirigeants de la PME familiale Génicado, experte des objets publicitaires, est implantée près de Nantes. — Photo : David Pouilloux

Pour Génicado, spécialiste nantais des objets publicitaires, l’année 2023 a pris des allures de cadeau. Martin et Quentin D’Hermies sont à la tête de cette PME familiale, après son rachat à leur père Gilles en 2017. Le benjamin ne cache pas sa satisfaction. "Nous étions sur un rythme de croissance habituel de 10 %, mais l’année passée nous avons atteint 20 %, à 19 millions d’euros de chiffre d'affaires, rapporte Martin D'Hermies. Et les perspectives sont très bonnes pour les quatre prochaines années, nous visons 28 millions d’euros en 2028."

Voilà quelques mois, les bases du plan stratégique 2023-2028 avaient été posées. Celui-ci s’incarne en ce début d’année 2024 par l’ouverture du capital à 15 cadres de l’entreprise, mais également à un investisseur bancaire, BNP Paribas Développement. "Nos cadres prennent 5 % du capital, avec une participation variable, qui va de 10 000 à 100 000 euros chacun, notre investisseur bancaire, 15 %, précise Martin d’Hermies. C’était une façon de fidéliser nos cadres et de les remercier, mais aussi de partager la vision de l’entreprise et d’avoir un nouveau type de relation, plus mature, qui permet de mieux partager les idées, le retour du terrain, la responsabilité. Cela apporte aussi un nouveau dynamisme. Dans la vie d’une entreprise, il ne faut pas mollir. Il est important d’impulser des choses nouvelles." Et pour l’investisseur ? "C’est un partenaire, qui apporte des moyens et des conseils, au moment où il nous semblait nécessaire d’entamer un nouveau cycle pour l’entreprise."

De la start-up aux groupes mondiaux

Génicado est un créateur d’objets publicitaires, ou goodies. Il appose le nom ou la marque d’une entreprise sur des objets, en particulier textile, pull, tee-shirt, polo, bonnet, écharpe, mais aussi sur mille et un objets, du mug au stylo, en passant par la sacoche, la calculette, le tire-bouchon ou la gourde. "Nous avons des milliers de clients, de la start-up aux géants mondiaux, souligne Martin D’Hermies, un bonnet brodé au nom du géant de l’industrie Volvo aux côtés d’une machine à broder. Ces objets sont des cadeaux pour les collaborateurs d’une entreprise ou pour ses clients. Notre volonté est de proposer des objets de plus en plus durables, avec l’objectif d’atteindre 50 % d’objets éco-conçus en 2028, contre 20 % aujourd’hui." Jouxtant le siège de la société, situé sur la commune de la Chapelle-sur-Erdre, au nord de Nantes, les ateliers accueillent des machines servant à sérigraphier, broder, floquer, des objets qui arrivent dépourvus de toutes marques. "Nous sommes capables aujourd’hui de proposer des objets sur-mesure pour un client, en concevant son design dans notre studio graphique", précise le dirigeant.

Nantes, Rennes, Paris et bientôt Lyon et Bordeaux

Quentin D’hermies codirige Génicado, PME spécialiste des goodies. Ses salariés bénéficient d’une salle de restauration qui sert aussi de salle de réunion.
Quentin D’hermies codirige Génicado, PME spécialiste des goodies. Ses salariés bénéficient d’une salle de restauration qui sert aussi de salle de réunion. - Photo : David Pouilloux

Présente également sous la forme d’agences commerciales de six personnes à Rennes et Paris, Génicado envisage un développement en région. "Nous visons Lyon, en 2024, puis Bordeaux, en 2025, pronostique Martin d’Hermies. Ce développement se fera via des croissances externes. Notre cible, ce sont des entreprises de notre secteur d’activité qui font entre 500 000 et 2 millions d’euros de chiffre d’affaires et qui comptent une dizaine de salariés." Ces deux croissances externes permettraient à la PME nantaise de se rapprocher de nouveaux viviers de clients, la proximité étant un atout dans ce business. "Nous sommes à l’étape de prospection", note le dirigeant.

Mais Génicado ne compte pas s’arrêter au monde de l’entreprise et aux frontières françaises. Voilà trois ans, le duo de frères a créé sa propre marque de vêtements, nommée Anouk et Ninon. Les vêtements, personnalisés, sont cette fois floqués aux noms de villes et non d’une entreprise. La fabrication s’opère au Portugal et les commandes arrivent à Nantes, une semaine plus tard. "Nous concevons nos collections, à partir de textiles vierges de toutes marques, sauf la nôtre, et nous apposons le nom d’une ville, ici, dans nos ateliers, explique Martin D’Hermies. On privilégie les villes de cœur, qui rappellent de bons souvenirs, en famille ou entre amis, comme La Rochelle, Saint-Malo ou la Baule." Sur un sweat, cela peut donner ainsi : "La Rochelle, mon amour."

L’international, de l’Espagne à Dubaï

Apportant un chiffre d’affaires de 1, 3 millions d’euros, la marque Anouk et Ninon est présente aujourd’hui dans 300 boutiques multimarques en France. "Nous avons de belles ambitions dans le Nord et à Paris, assure Martin D’Hermies, mais notre projet est de nous développer à l’international." Tout juste de retour du salon du prêt-à-porter Who’s Next, à Paris, le dirigeant a senti un engouement. "Nous avons noué des contacts clients avec des boutiques situées en Espagne, en Belgique, en Italie, en Angleterre, à Dubaï. Et nous allons aussi nous développer outre-mer, à la Réunion, en Guadeloupe, à Saint-Barthélemy et Saint-Martin."

Autre relais de croissance envisagé par Génicado, la diversification. "Nous allons développer notre gamme d’accessoires, sac à dos, sacoche, banane, proposé des objets à destination des femmes, des hommes et des enfants. Ce sont souvent des boutiques différentes, et cela ouvre des perspectives intéressantes sur une même ville d’être dans davantage de boutiques."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition