Nantes

Technologies

Bescent (ex Sensorwake) va commercialiser des réveils olfactifs Disney et Minions

Par Caroline Scribe, le 30 août 2017

La start-up nantaise Sensorwake, récemment renommée Bescent, a signé un partenariat avec le groupe Lexibook pour s'ouvrir le marché des enfants.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Après avoir levé 1,6 million d'euros en mai dernier, la start-up nantaise Sensorwake, fondée par Guillaume Rolland et récemment rebaptisée Bescent, a signé un accord de licence avec le groupe Lexibook, spécialisé dans les produits électroniques pour enfants.

Des réveils olfactifs Reine des Neiges, Minions ou Barbie

Le partenariat porte sur une adaptation du réveil olfactif Sensorwake aux enfants, sous licence Reine des Neiges (Disney), parfum menthe poivrée et Minions (Universal), fragrance banane. Deux autres versions du réveil seront prochainement disponibles : parfum pêche pour Barbie, parfum bonbon à la fraise pour les princesses Disney. Les réveils, fabriqués par Lexibook et équipés des capsules parfumées développées par Givaudan, seront commercialisés à compter de début novembre au prix de 60 euros. Cet accord permet à Bescent de s'introduire sur le marché des enfants sur lequel la société n'était pas encore implantée.

Lancement de Sensorwake 2 et d'Oria

Lexibook assure également la fabrication de Sensorwake 2, la deuxième génération du réveil olfactif qui comprend de nouvelles fonctions et de nouveaux parfums. Enfin, la start-up lancera d’ici la fin de l’année Oria, « un objet connecté qui utilise le pouvoir des parfums pour favoriser l’endormissement et un sommeil réparateur », explique Guillaume Rolland. Ce dernier produit sera fabriqué par la société vendéenne S20 sur l’ancien site de Fagor Brandt.

Cette dernière année, Bescent a écoulé plus de 20.000 réveils olfactifs de première génération et près de 100.000 capsules en France et en Europe pour un chiffre d’affaires de 750.000 euros. La société emploie une quinzaine de salariés.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises