Nantes

Innovation

Alexa, réalité virtuelle, que faut-il retenir du CES de Las Vegas 2017 pour votre business ?

Par Amandine Dubiez, le 03 février 2017

Un mois après le CES de Las Vegas, que retenir du plus grand salon international de l'innovation ? Le Journal des entreprises, en partenariat avec l'agence de communication The Links, Emotic et Les Studios de l'Île, organisait le 19 janvier une soirée de débriefing.

Photo : CC by Automobile Italia

Dix jours après la fin du CES, le Journal des entreprises organisait, en partenariat avec l'agence de communication The Links, le créateur d'interfaces innovantes Emotic, à Nantes au sein des Studios de l'Ile, une soirée de débriefing du Consumer Electronic Show. Le CES, c'est plus de 3.500 exposants répartis sur 30 terrains de football. On y retrouve des mastodontes comme Samsung, LG ou Microsoft venus présenter leurs dernières nouveautés high-tech mais aussi de nombreuses start-up du monde entier. « Il faut aller au CES au moins une fois, on en revient différent. Après cela, on change forcément la façon dont on veut faire évoluer son entreprise », résume Jean-François Gendron, président de la CCI des Pays de la Loire, qui avait fait le déplacement. 

Deux Nantais primés au CES 

Encore une fois cette année, des Nantais sont revenus primés. À 20 ans, Guillaume Rolland a décroché sa deuxième récompense au CES. Un award pour Oria, le petit frère de Sensorwake, qui diffuse des odeurs pour aider à s'endormir. Deuxième récompense au CES aussi pour Myscript, la PME nantaise dont la dernière appli de prise de note Nebo a été sacrée meilleure appli du monde (voir ci-contre). Eux ont marché plus de 60 km en tout, 20 km par jours dans les allées du salon pour repérer les innovations qui marqueront cette année. Cyrille Chaudoit, directeur de l'innovation pour l'agence de communication The Links, et Michaël Thoby, P-dg d'Emotic, le créateur d'interfaces innovantes, ont fait le point sur cette édition 2017. Incontestablement, c'est l'intelligence artificielle qui a marqué le salon, sans oublier la réalité virtuelle et le succès voitures autonomes.

La révolution Alexa

« L'intelligence artificielle est en train d'impacter le monde de manière forte et durable », a raconté Michaël Thoby. Une innovation résume à elle seule la révolution qui est en train de naître : Echo, l'assistant domestique vocal d'Amazon. C'est une petite enceinte grande comme une bouteille d'eau. Elle répond aux commandes vocales d'un logiciel appelé Alexa. Vous pouvez demander à Alexa de jouer votre musique préférée, quelle sera la météo de demain, ou passer par elle pour acheter sur Amazon. Elle peut aussi commander des objets connectés si on lui demande. Whirlpool, LG, Mattel, Ford, Huawei ont déjà intégré Alexa dans leurs produits. Loin d'être un gadget, elle pourrait devenir un élément clé des nouvelles technologies. Car elle est potentiellement capable d'entendre toutes les conversations et de connaître toutes nos habitudes.

Au Japon, l'IA a remplacé 34 salariés

« Alexa était partout sur le salon. Vraiment partout. Cela signifie qu'à terme les écrans vont disparaître au profit de la voix et d'une interface homme machine plus facile, plus naturelle », a analysé Cyrille Chaudoit, directeur de l'innovation pour The Links. « Cela pose la question de notre futur rapport aux objets. À terme, on ne les verra plus, on les commandera simplement à distance », poursuit-il. L'intelligence artificielle s'installe donc dans nos maisons mais aussi dans nos voitures. « Elle lit sur les lèvres des conducteurs, et elle est même capable de prévoir, deux secondes avant le pilote, un accident en analysant les données extérieures qu'elle a à disposition », explique Michaël Thoby, vidéo à l'appui.

Retour sur le #CES de Las Vegas découverte des nouvelles tendances et technologies #startup #FrenchTech @JEntreprises @TheLinks pic.twitter.com/uQnebQskEW

— CPME PDL (@CPMEPDL)
19 janvier 2017

« Aucun secteur ne sera épargné »

Elle va donc changer notre quotidien et bouleverser aussi notre manière de travailler. C'est déjà le cas au Japon où une compagnie d'assurance-vie a annoncé qu'elle allait remplacer 25 % du personnel d'un de ses services par une intelligence artificielle. Coût de l'opération : 1,5 million d'euros, le prix d'achat du service à IBM. « Avec l'intelligence artificielle, toutes les entreprises feront un métier différent, aucun secteur ne sera épargné », prédit Jean-Baptiste Gouin, P-dg de TalenCo. « Il ne s'agit plus de vendre des produits mais d'accompagner la vie des utilisateurs, et cela change tout le business model », explique le fondateur de l'agence de formation aux transformations digitales.

Une réalité virtuelle de plus en plus abordable

Autre tendance forte au CES, l'explosion de la réalité virtuelle qui devient de plus en plus accessible au grand public. « Le matériel coûte de moins en moins cher, on s'affranchit des ordinateurs qui sont désormais dans le casque », a remarqué Michaël Thoby. Vendeurs de voitures, d'électroménager, de loisirs, tous intègrent désormais la réalité virtuelle pour mettre en avant leurs produits et les faire tester par les clients. Avec une nouveauté cette année : la possibilité de toucher les éléments vus, et qui n'existent pourtant pas. Cela s'appelle le retour haptique. « On a vu au CES que l'on peut désormais s'immerger complètement dans des nouveaux mondes, des nouvelles dimensions qui semblent bien réelles », conclut Cyrille Chaudoit.

REX #CES2017 @cchaudoit clôture cette rencontre "Quelle est la place de l'homme ? Faut-il la maintenir ? Ou laisser place aux machines ?" pic.twitter.com/yNoDUItBWA

— The LINKS (@TheLinks)
19 janvier 2017

Photo : CC by Automobile Italia

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail