Rennes

Sport

Point de vue Coupe de France : le cadeau du Stade Rennais aux Pinault

Par Baptiste Coupin, le 29 avril 2019

Le Stade Rennais a remporté le 27 avril la finale de la Coupe de France de football face au Paris Saint-Germain, déjouant tous les pronostics. Le symbole de la Bretagne qui gagne et un beau cadeau à la famille Pinault.

L'édito
L'édito — Photo : Le Journal des Entreprises

Il n’aura donc fallu qu’une saison et demie au nouveau management du Stade Rennais pour briller et démontrer la solidité de son projet, dont l’ambition première était de redonner de la fierté au club. Arrivé en novembre 2017, en lieu et place de René Ruello, le duo Létang-Delanoë a mené son groupe au sommet en décrochant le 27 avril la Coupe de France de football face au Paris Saint-Germain et son armada de stars, 48 ans après sa dernière épopée victorieuse. Un exploit pour un club longtemps affublé de l’étiquette de « loser », mais qui s’est révélé cette saison, d’abord en Coupe d’Europe, emmenant avec lui tout un territoire, sinon toute une région. La finale de la Coupe de France était retransmise dans plus de 100 pays à travers le monde. Rennes a pu démontrer là, au plus grand nombre, qu’elle est une terre de football.

« Les défis, il faut savoir les relever »

Cette victoire, c’est aussi le succès de François Pinault, actionnaire unique du club depuis 1998. Après les deux ratés en Coupe de France face à Guingamp – deux traumatismes pour la ville –, le riche homme d’affaires de 82 ans, fondateur du géant du luxe Kering, a pu toucher du doigt son rêve. Celui qui a grandi à Trévérien, au nord de Rennes, était au Stade de France, aux côtés de son fils François-Henri, qui préside désormais aux destinées du club (après avoir été ramasseur de balles, enfant), pour brandir la coupe avec les joueurs.

Il était aussi à Rennes, au balcon de la mairie, pour présenter le trophée devant une foule en liesse. « Les défis, il faut savoir les relever. Autrement, on reste dans son village breton puis on ne fait rien de sa vie », disait François Pinault, avant la finale. Le Stade Rennais, ses dirigeants, l’entraîneur Julien Stéphan, les joueurs, ont su répondre à ce défi. Cette victoire va changer à coup sûr la destinée du Stade Rennais, doté d'un budget de 60 M€, lui permettant de viser plus haut encore.

L'édito
L'édito — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.