Saint-Malo

Naval

Avec une levée de fonds et trois acquisitions, Energy Observer passe au développement de ses innovations

Par Virginie Monvoisin, le 18 novembre 2019

La société malouine Energy Observer, qui a mis au point le premier navire hydrogène, passe à l'étape supérieure. Elle a créé Energy Observer Developments, destinée à déployer cette énergie propre à l'échelle mondiale. La nouvelle entité finalise actuellement une levée de fonds de 20 millions d'euros qui entérinera le rachat de trois entreprises partenaires. 

Une partie de l'équipe malouine d'Energy Observer Developments, qui travaille au bureau d'études : Bastien Bornand (ingénieur), Paul Aupetit (élève ingénieur), Thibaut Menny (responsable du bureau d'études) et Arthur Guex (ingénieur).
Une partie de l'équipe malouine d'Energy Observer Developments, qui travaille au bureau d'études : Bastien Bornand (ingénieur), Paul Aupetit (élève ingénieur), Thibaut Menny (responsable du bureau d'études) et Arthur Guex (ingénieur). — Photo : © Virginie Monvoisin

Plus de 20 millions d’euros. C’est le montant de la deuxième levée de fonds qu’Energy Observer Developments, filiale d’Energy Observer, doit finaliser avant la fin de l’année 2019. La jeune entreprise a été lancée en juillet par la société qui a créé, en 2017, le premier navire hydrogène à propulsion, parti pour un tour du monde de cinq ans.

Une levée de fonds pour déployer ses innovations

Energy Observer, avec ses nouvelles ailes de propulsion éolienne.
Energy Observer, avec ses nouvelles ailes de propulsion éolienne. - Photo : © Amélie Conty

Après avoir fait ses preuves en matière d’autonomie énergétique, l’équipe passe donc au déploiement de ses innovations décarbonées, en visant pour 2020 la commercialisation de trois solutions. Pour un développement mondial efficace, Energy Observer a besoin du soutien d’investisseurs de haut rang. « Nous avons déjà réalisé un premier tour d’amorçage en mai dernier », indique Jérémie Lagarrigue, directeur général d’Energy Observer Developments.

2,4 millions d’euros ont ainsi été apportés par les actionnaires historiques d’Energy Observer (le fondateur Victorien Erussard, Accor Hôtels, un représentant de la famille Mulliez) et de nouveaux partenaires, comme Accor Invest, Thélem Assurance et Delanchy Transports. « Cette fois-ci, les 20 millions du tour de table intéressent des grands groupes industriels, notamment et principalement des énergéticiens, mécaniciens et électriciens », confie Jérémie Lagarrigue, enchanté de l’engouement suscité par les perspectives.

Trois solutions complémentaires autour de l'hydrogène

Cette opération financière doit en effet permettre de passer à la phase industrielle du projet. Actuellement, Energy Observer emploie 25 personnes à Saint-Malo, ainsi que 8 collaborateurs qui travaillent sur Energy Observer Developments. « Nous faisons également travailler 25 personnes en externe, chez nos trois partenaires industriels, qui sont des cibles d’acquisition », précise le directeur général. Car à l’issue de la levée de fonds, ces trois entreprises vont être incorporées au groupe, qui pèsera alors 200 collaborateurs. « Leurs spécialités - le contrôle de commandes électriques, l’assemblage de batteries, la mécanique et la production de générateurs - vont permettre à Energy Observer Developments de proposer trois types de solutions complémentaires à ses futurs clients de l’industrie et du monde maritime. »

1 • Optimiser les sources d'énergie

Écosytème H2 360°, station hydrogène imaginée par Energy Observer Developments (Saint-Malo).
Écosytème H2 360°, station hydrogène imaginée par Energy Observer Developments (Saint-Malo). - Photo : © Kadeg Boucher - Thibaut Menny

La première est de proposer une optimisation des sources d’énergie, grâce à Energy Designer, bureau d’études. Composé de 8 collaborateurs (4 ingénieurs), l’entité se base sur les expérimentations solaires, éoliennes et d’hydrogénération menées par le bateau, pour répondre aux besoins des territoires et des entreprises.

« En optimisant et en valorisant l’hydrogène, nous pouvons faire baisser de 20 % la consommation électrique annuelle des grands industriels », affirme Jérémie Lagarrigue.

2 • Développer des groupes électrogènes à hydrogène

La deuxième activité d’Energy Observer Developments est de diffuser des groupes électrogènes à hydrogène nouvelle génération. Ils s’adressent notamment aux bateaux, afin de pouvoir stocker en grande quantité leur énergie pour la convertir en hydrogène.

« Nous allons postuler à l’appel à projets pour les Jeux olympiques de 2024 à Paris. »

« Nous allons postuler à l’appel à projets pour les Jeux olympiques de 2024 à Paris, annonce Jérémie Lagarrigue. L’objectif de Paris est d’utiliser à 80 % des générateurs de secours à l’hydrogène. Nous avons les solutions pour cela ! » Les produits sont d’ailleurs déjà en cours de fabrication chez les trois partenaires d’Energy Observer Developments et seront proposés en pré-commande dès mars 2020.

3 • Lancer des stations hydrogène en franchise

Enfin, le troisième métier de la jeune société est de lancer des stations hydrogène, en franchise. « Si nous aidons les collectivités, particuliers, industriels, privés, qui veulent se lancer dans cette activité, nous allons développer la communauté hydrogène, espère Jérémie Lagarrigue, qui a les clés pour ouvrir des stations rentables. » Elles fonctionneront comme des stations d’essence, nécessitant 3 minutes seulement pour charger une voiture.

« Nous visons d’abord les ports, pour les bateaux, avec nos solutions qui résistent à l’environnement marin. Nous avons déjà un projet qui sera mis en service en 2020 en Bretagne », confie le dirigeant, sans dévoiler le nom du port concerné… Saint-Malo pourrait, aussi, avoir sa station très prochainement, avant 2022.

Créer une communauté autour de l’hydrogène

Dès mars 2020 et le lancement des pré-commandes de ses groupes électrogènes, Energy Observer vise un développement exponentiel. « Il va toutefois dépendre des aspects réglementaires à venir, d’appels d’offres et d’appels à projets que nous pourrons remporter, souligne Jérémie Lagarrigue. Mais nous tablons sur plusieurs dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, et plusieurs centaines de millions d’euros en 2023-2024. L’objectif de nos actionnaires est d’abord de proposer les produits avec une faible marge, afin d’accélérer la quantité, et de créer ainsi rapidement une véritable communauté autour de l’hydrogène. »

Une partie de l'équipe malouine d'Energy Observer Developments, qui travaille au bureau d'études : Bastien Bornand (ingénieur), Paul Aupetit (élève ingénieur), Thibaut Menny (responsable du bureau d'études) et Arthur Guex (ingénieur).
Une partie de l'équipe malouine d'Energy Observer Developments, qui travaille au bureau d'études : Bastien Bornand (ingénieur), Paul Aupetit (élève ingénieur), Thibaut Menny (responsable du bureau d'études) et Arthur Guex (ingénieur). — Photo : © Virginie Monvoisin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.