Nord

Logistique

Permis de construire déposé pour E-Valley

Par Jeanne Magnien, le 23 février 2018

Après quatre ans d'incertitudes et de retours en arrière, le permis de construire d'E-Valley, la grande plateforme logistique prévue en lieu et place de l'ancienne base aérienne cambrésienne BA 103, a enfin été déposé. Les travaux pourraient démarrer dès la fin 2018.

E-valley est une immense plateforme logistique dédiée au e-commerce, posée en pleine campagne sur les 320 ha de l'ancienne base aérienne BA 103, près de Cambrai.
E-valley est une immense plateforme logistique dédiée au e-commerce, posée en pleine campagne sur les 320 ha de l'ancienne base aérienne BA 103, près de Cambrai. Le coup d'envoi de ce projet à 400 millions d'euros pourrait être donné fin 2018. — Photo : Artefacto

Ce n'est peut-être pas encore l'aboutissement, mais ça y ressemble. Le 23 février, David Taieb, le dirigeant de BT Immo Group, a déposé en mairie d'Epinoy le permis de construire pour la future plateforme E-Valley. Une dizaine de cartons et « deux kilomètres de plans », contenant l'avenir de l'ancienne BA 103. Cette ancienne base militaire, fermée en 2012, étale 320 ha en rase campagne, à une quinzaine de kilomètres de Cambrai.

Un projet à 400 millions d'euros

Sur ces 320 hectares, David Taieb voit grand : il veut y construire son E-valley, un ensemble logistique de 700 000 m² d'entrepôts, dédiés au e-commerce. Un projet à 400 millions d'euros, que l'investisseur défend bec et ongles depuis quatre ans, avec le soutien des élus locaux, mais aussi, de Bpifrance, et le financement d'un pool de six banques. 

Le projet déposé prévoit, sur l'ancienne piste d'atterrissage de la base, la construction des entrepôts, situés de part et d'autre d'une vaste route permettant la circulation des camions.

La zone comprendra une centaine de cellules de 6 000 m², modulables à la demande, assorties d'un bâtiment de 150 000 m², en grande hauteur, que David Taieb espère commercialiser d'un seul tenant. Les bâtiments existants, vestiges de la présence militaire, seront peu à peu rénovés pour accueillir les bureaux des entreprises installées sur E-valley, ainsi que d'autres services et entreprises, en lien avec l'activité principale du site. Enfin, une zone commerciale ouverte au public vendra à prix cassés les retours et invendus des e-commerçants d'E-valley, leur offrant un débouché pour leurs stocks.

David Taieb estime à « une centaine » le nombre d'entreprises actives sur l'ensemble du site.

Reprise de la commercialisation

Maintenant que le permis de construire est déposé, le projet va pouvoir entrer dans une phase plus concrète, se réjouit le chef d'entreprise.

« Les services de l'Etat m'ont assuré qu'ils iraient au plus vite sur l'instruction du permis, j'espère donc l'obtenir d'ici la fin de l'année. Dès que j'ai le feu vert, le lendemain, les travaux de construction commencent. J'ai déjà trois clients qui attendent, et qui ont réservé 120 000m². J'avais pré-vendu 200 000 m², j'en ai perdu 80 000 m² à cause des retards accumulés. Pour le moment, nous avons stoppé la commercialisation, mais nous sommes en train de renforcer les équipes commerciales pour la reprendre d'ici quelques mois... et je suis sûr que bientôt, c'est nous qui devront faire le tri entre les demandes! »

Quel calendrier?

Le projet devrait se découper en plusieurs phases, entre trois et cinq, selon la cadence de commercialisation. « En principe, nous sommes en mesure de livrer entre 100 000 et 200 000 m² d'entrepôts par an, donc entre quatre et cinq ans après le début des travaux, tout devrait être livré », estime David Taieb, confiant. « Si tout se passe comme prévu, les premiers bâtiments devraient être livrés fin 2019. Quant aux rénovations, elles vont débuter prochainement. »

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail