Commerce

Commerce : "Il faut créer l'envie, pas l'attentisme"

Par Entretien Sébastien Colle, le 06 janvier 2016

Président de la chambre commerciale et artisanale de Rouen et de la chambre interprofessionnelle du commerce, Philippe Depreaux s'inquiète de la concurrence du commerce en ligne et de l'attentisme créé par les ventes privées qui se multiplient.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Quel bilan tirer du dernier trimestre 2015 ?

Le bilan n'est pas très bon sur l'ensemble de l'équipement de la personne car la douceur et le climat n'ont pas été favorables. Avec la baisse du secteur de l'immobilier, c'est un peu le même scénario en ce qui concerne les biens d'équipement de la maison. Avec les événements de la fin 2015, les gens se sont un peu recroquevillés sur eux-mêmes et ont constate un désintéressement en matière de consommation, une désaffection pour la mode. Ce n'est plus la priorité. Il y a aussi un changement dans les comportements d'achats avec la vente en ligne qui prend des parts de marché. C'est pour cela que nous incitons nos commerçants a aller sur le web et les aidons à monter leurs sites marchands.

Y-a-t-il des secteurs qui s'en sortent mieux ?

Oui, il y a encore certains secteurs qui tirent leur épingle du jeu. C'est le cas des produits alimentaires et des métiers de bouche. Dans ce domaine, il y a un effet de mode autour de la cuisine et les gens continuent à avoir envie de sortir pour s'évader, notamment au restaurant. Le loisir fonctionne bien également.

Les soldes vont-elles aider à récupérer du chiffre d'affaires ?

Notre espoir, c'est que le froid arrive pour écouler un peu les stocks ! Mais nous faisons face à un phénomène nouveau, celui des ventes privées, qui ne sont plus privées du tout. Un phénomène qui prend de l'ampleur. Les enseignes touchent leur propre clientèle sur des avant soldes grâce à leurs fichier, une pratique autorisée par la réglementation. Et, les mêmes commerçants qui font ces ventes privées s'étonnent ensuite d'un moins bon démarrage des premiers jours de soldes. Mais, de fait, l'attractivité va être moins forte car vous ne faites pas acheter les clients deux fois. Dans nos métiers de commerçants indépendants les soldes restent au même niveau que d'habitude cette année avec des rabais de l'ordre de 30 à 40%, voire 50% sur des produits avec moins de succès. Mais pas plus, car nos produits ne peuvent supporter de plus grosses remises comme celles pratiquées par les grandes enseignes de distribution de masse. Les soldes toute l'année créées de l'attentisme et une mauvaise image du commerce et de la distribution. Ce qu'il faut c'est créer de l'envie, vrai moteur de la consommation.

www.rouenshopping.com

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition