Banque

Crédit Agricole des Côtes-d'Armor : « Nous amplifions notre soutien logistique aux commerçants »

Par Julien Uguet, le 13 novembre 2020

Pour ce deuxième confinement, le Crédit Agricole des Côtes-d’Armor entend cette fois accompagner ses clients pour que la mise en place de la vente à distance leur soit facilitée. Entretien avec Michèle Guibert, directrice générale de la banque mutualiste.

Michèle Guibert , directrice générale du Crédit Agricole des Côtes-d'Armor.
Michèle Guibert , directrice générale du Crédit Agricole des Côtes-d'Armor. — Photo : @DR

Comment jugez-vous l’état de l’économie des Côtes-d’Armor alors que nous venons de rentrer dans une seconde période de confinement ?

La situation économique du département n’est pas alarmante si on la considère dans son ensemble. Preuve de ce dynamisme, à fin octobre, nos réalisations de crédits, hors prêts garantis par l’État, étaient en hausse de 12 %. De son côté, l’épargne atteint 900 millions d’euros, en progression de 5 %, et les dépôts à vue, 700 millions d’euros, à + 35 %. C’est du jamais vu dans l’histoire de la banque.

Toutefois, et c’est là aussi le rôle d’une structure mutualiste comme la nôtre, il faut voir au-delà de ses bons chiffres pour essayer de n’abandonner personne en chemin. Certains entrepreneurs, notamment les commerçants de proximité, sont impactés de plein fouet actuellement.

Comment allez-vous les aider à passer cette période de fermeture à l’approche des fêtes de fin d’année ?

Lors du premier confinement, nos actions ont davantage pris des formes d’aides solidaires. Avec ce reconfinement, nous avons souhaité amplifier notre soutien au commerce indépendant en apportant aux commerçants des solutions concrètes leur permettant de maintenir l’activité. Concrètement, le Crédit Agricole des Côtes-d’Armor s’engage auprès de ses clients professionnels pour qu’ils puissent encaisser leurs ventes à distance ou en itinérance sans coût d’équipement supplémentaire et en toute sécurité. Nous allons ainsi prendre à notre charge les frais d’équipement et d’abonnement des terminaux de paiements.

D’autres solutions pour démultiplier les possibilités d’acheter à distance vont-elles être également proposées ?

Oui et elles sont rapides à mettre en place car nous les déployons depuis longtemps. Je pense ainsi au paiement par lien, qui permet aux commerces d’encaisser les ventes par téléphone en générant un lien cliquable envoyé au client par e-mail ou SMS. La banque va aussi pousser sa solution d’encaissement en itinérance Up2pay mobile, qui permet au commerce d’encaisser une vente à la livraison ou en déplacement grâce à une application sur son téléphone mobile et un lecteur de carte bancaire. 15 000 clients sont déjà équipés. Enfin, nous allons également aider nos partenaires, comme les chambres consulaires, dans leur initiative de digitalisation des commerces. On sent, avec cette deuxième vague, que le travail collectif prend encore plus de sens.

À côté de cela, vous allez accompagner la prolongation de la distribution du PGE jusqu’à la fin de l’année ?

C’est une très bonne chose car le PGE, comme toutes les autres mesures gouvernementales, peut permettre à un maximum d’acteurs économiques de traverser cette crise unique. Au 26 octobre, le Crédit Agricole des Côtes-d’Armor avait délivré 1 500 PGE pour 200 millions d’euros. De leur côté, les crédits en pause sont au nombre de 5 376 pauses pour plus de 12 millions d’euros d’échéances de prêt et 500 millions d’encours de crédit gelé.

Michèle Guibert , directrice générale du Crédit Agricole des Côtes-d'Armor.
Michèle Guibert , directrice générale du Crédit Agricole des Côtes-d'Armor. — Photo : @DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail