Lyon

Accompagnement

Josépha Poret prend la tête de l'incubateur Ronalpia

Par Pierre Lelièvre, le 16 novembre 2021

À l’occasion de la soirée annuelle de l'incubateur lyonnais Ronalpia le 15 novembre, Léna Geitner et Enora Guérinel, les deux fondatrices et directrices sur le départ, ont intronisé la nouvelle direction de l’incubateur de l’économie sociale et solidaire. Josépha Poret prend la direction de Ronalpia, assistée d’Aurélie Grêlé-Rouveyre, à la direction opérationnelle.

Josépha Poret est la nouvelle directrice de l'incubateur social lyonnais Ronalpia.
Josépha Poret est la nouvelle directrice de l'incubateur social lyonnais Ronalpia. — Photo : Ronalpia

Changement d’ère chez Ronalpia, l’incubateur des entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) lyonnais. Les deux fondatrices et directrices de la structure, Léna Geitner et Enora Guérinel, vont quitter d’ici la fin de l’année l’association fondée à Lyon en 2013. Elles sont remplacées par Josépha Poret au poste de directrice et d’Aurélie Grêlé-Rouveyre à la direction opérationnelle de l’incubateur.

Jusqu'ici responsable du développement territorial de l'association, Josépha Poret aura la charge de diriger l'incubateur. Passée par l'Université Lille 1 en Management de l'innovation, elle est diplômée d'un Master 2 Entrepreneuriat et développement des entreprises nouvelles de l'IAE Lyon School of Management.

"C'est un choix qui fait sens pour nous puisque Josépha est dans l'équipe depuis de longues années, elle porte la vision de Ronalpia et a une très bonne connaissance de nos bénéficiaires", relève Léna Geitner. Une connaissance du métier associée à une maîtrise du développement territorial de l'incubateur. "C'est elle qui a mis en place le développement de Ronalpia dans la région depuis plus de trois ans", précise Enora Guérinel.

"Nous laissons une structure pérenne"

"Nous quittons la structure que nous avons lancée il y a neuf ans. Nous l’avons vu évoluer en même temps que l’image et la place de l’entrepreneuriat social et de l’économie sociale et solidaire sur le territoire. C’est une grande fierté de voir ce qu’est devenu Ronalpia aujourd’hui", confie Léna Geitner.

Un double départ motivé par "le sentiment du travail accompli", selon les fondatrices. "On a le sentiment d’avoir fait le job. Nous laissons une structure pérenne, solide. Personne n’est irremplaçable et finir l’aventure ensemble faisait sens pour nous", souligne Enora Guérinel.

C’est à la fin de leurs études à l’École supérieure de commerce et développement 3A que Léna Geitner, âgée de 23 ans à l’époque, et Enora Guérinel ont créé l’association Ronalpia avec le soutien d’Antropia, l’incubateur social de l’Essec. L’objectif : offrir aux entrepreneurs de l’ESS un écosystème propice à leur développement et à leur accompagnement.

Léna Geitner et Enora Guérinel vont quitter dans quelques semaines l’incubateur Ronalpia qu’elles ont créé en 2013.
Léna Geitner et Enora Guérinel vont quitter dans quelques semaines l’incubateur Ronalpia qu’elles ont créé en 2013. - Photo : Ronalpia

Plus de 350 entreprises accompagnées

Un passage de relais en douceur de quelques mois qui n’empêchera pas Ronalpia de continuer sa mission et de poursuivre son engagement en faveur de l’entrepreneuriat social. "Début 2022, nous devrions avoir le résultat de la mesure d’impact social de Ronalpia auprès de ses bénéficiaires. C’est un chantier que nous avons lancé il y a quelques années et qui est nécessaire pour savoir ce sur quoi Ronalpia a contribué", explique Enora Guérinel.

Depuis 2013, l’incubateur s’est installé dans le paysage économique lyonnais et auralpin comme un acteur de premier plan pour l’accompagnement des entrepreneurs sociaux. En huit ans, Ronalpia a accompagné plus de 350 entreprises à impact social dans leur création et leur développement, et participe à la forte dynamique sur le champ de l’entrepreneuriat social sur le territoire.

L’association, qui compte 25 salariés, détecte, sélectionne et accompagne des projets centrés sur des besoins environnementaux, sociaux et sociétaux dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Hébergée dans les locaux du campus HEP (Lyon 9e arrondissement), l’association lyonnaise s’est fortement développée sur l’ensemble du territoire rhônalpin, ouvrant ensuite des bureaux à Saint-Étienne (Loire) et Grenoble (Isère). Ces dernières années, Ronalpia s’est ouvert aux territoires ruraux et périurbains de la région : Pays Voironnais (Isère), la Drôme, l’Ouest lyonnais, Bourg-en Bresse (Ain) et Pays Roannais (Loire).

Pérenniser les entreprises sociales

Reste que les chantiers demeurent nombreux pour dynamiser l’entrepreneuriat social en France, selon les deux directrices. "Si nous avions des vœux à faire, nous plaiderions pour qu’il y ait davantage de financements dédiés à l’amorçage dans l’ESS. De même, il est nécessaire que le statut juridique des entreprises sociales soit clarifié et simplifié", évoque Léna Geitner. Et Enora Guérinel d’ajouter : "Il faut continuer à décloisonner les mondes, rapprocher le monde associatif de celui de l’entreprise, ouvrir un espace de dialogue et de coopération pour pérenniser les entreprises sociales".

(Article initialement publié le 14 octobre 2021)

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition