Région Sud

Maritime

Les compagnies maritimes marseillaises Bourbon et Gazocéan victimes de cyberattaques

Par Nathalie Bureau du Colombier, le 13 avril 2021

Après le groupe CMA CGM en 2020, deux nouvelles compagnies maritimes marseillaises, Gazocéan et Bourbon, sont victimes de cyberattaques depuis le début du mois d'avril, bloquant leurs opérations.

La cyberattaque met en difficulté les navires qui communiquent via le siège à Marseille, à la fois pour le positionnement dynamique et la manipulation des engins de manutention.
La cyberattaque met en difficulté les navires qui communiquent via le siège à Marseille, à la fois pour le positionnement dynamique et la manipulation des engins de manutention. — Photo : BOURBON

Les entreprises de la région Sud font les frais d’une recrudescence d’attaques informatiques avec demandes de rançon. Ciblées pour leur solvabilité, les compagnies maritimes marseillaises Gazocéan et Bourbon viennent d'être victimes de cyberattaques. Toutes deux qui exercent des activités pour le moins stratégiques dans le pétrole et le gaz n’ont pas encore rendu publique l’information.

Suite à l’attaque intervenue le 8 avril, le groupe Bourbon a ainsi coupé ses accès externes aux applications de messagerie et de comptabilité. Une situation qui complique la tâche des navires qui communiquent via le siège à Marseille, à la fois pour le positionnement dynamique et la manipulation des engins de manutention. Bourbon a fait appel à son partenaire Orange Cyberdéfense et mobilise ses équipes internes pour déployer un plan de continuité de l’activité.

L'attaque de la compagnie maritime Gazocéan, spécialiste du transport maritime de gaz liquéfiés, qui exploite une flotte de six méthaniers, est également actuelllement en cours en cours.

À l’heure du smartport et du smartship, ces attaques posent la question des failles de sécurité sur les navires et en particulier sur les systèmes de navigation.

CMA CGM et Maersk déjà touchés 

En septembre 2020, CMA CGM avait déjà été victime du rançongiciel Ragnar Locker. Les hackeurs avaient demandé une rançon à la compagnie maritime, après avoir rendu "l’accès externe aux applications informatiques de CMA CGM indisponible", comme l’avait pudiquement indiqué le communiqué du groupe. Chaque heure de blocage des systèmes a évidemment un impact financier considérable que ce soit en raison du manque à gagner généré par l’arrêt de leur système de réservation de fret ou d’exploitation de services à l’offshore pétrolier ou de transport de gaz. Un autre géant du transport maritime, le groupe danois Maersk, avait été touché en 2017 par un autre rançongiciel avec pour conséquence la perte de 300 millions de dollars de chiffre d’affaires.

La cyberattaque met en difficulté les navires qui communiquent via le siège à Marseille, à la fois pour le positionnement dynamique et la manipulation des engins de manutention.
La cyberattaque met en difficulté les navires qui communiquent via le siège à Marseille, à la fois pour le positionnement dynamique et la manipulation des engins de manutention. — Photo : BOURBON

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail