Ariège

Numérique

Digitanie muscle l’offre numérique en Ariège

Par Philippe Kallenbrunn, le 29 juin 2022

Cinq ans après sa création, la société coopérative Digitanie, spécialisée dans les services numériques, a réussi le pari de développer une offre en zone rurale tout en menant un projet social sur son territoire, celui de l’insertion.

L’équipe de Digitanie, dirigée par Jehanne Portefaix (en haut à gauche), permet à des personnes en difficulté de s’insérer dans le monde du travail en acquérant des compétences dans le numérique.
L’équipe de Digitanie, dirigée par Jehanne Portefaix (en haut à gauche), permet à des personnes en difficulté de s’insérer dans le monde du travail en acquérant des compétences dans le numérique. — Photo : DR

La société coopérative et participative (Scop) Digitanie (16 salariés, CA : 270 000 euros), basée à Saverdun (Ariège), spécialisée dans les services numériques et la production de données géographiques, a été créée en mars 2017 par trois associés résidant dans la commune et soucieux d’y fonder une entreprise d’insertion sociale. Le webdesigner Tim Akeroyd, l’informaticien David Jonckeau et Jehanne Portefaix, ancienne acheteuse chez Thales, avaient identifié les besoins en reconversion de nombreuses personnes de ce territoire rural de basse Ariège et le déficit de l’offre d’insertion dans les métiers du numérique. Cinq ans plus tard, le succès de Digitanie est au rendez-vous, qui enregistre selon sa gérante Jehanne Portefaix une croissance de 20 à 30 % et atteint l’équilibre chaque année.

Conventionnement avec l’État

“Si nous étions une entreprise classique du web, nous ferions beaucoup plus de bénéfices, explique-t-elle. Mais nous optons pour un développement volontairement modéré. Nous sommes une entreprise d’insertion, c’est écrit dans nos statuts, et les coopérateurs sont là autant pour la compétence métier que pour le projet social. Chez Digitanie, il y a une équipe de bons techniciens qui s’intéressent à la gouvernance de leur entreprise et qui, en plus, transmettent leur savoir à des personnes qui vont partir demain et parfois même devenir leurs concurrents.” Ce modèle atypique est permis par un conventionnement avec l’État pour 8 postes en contrat à durée déterminée d’insertion (CDDI). 6 encadrants permanents et 2 alternants composent le reste de l’équipe. Un conventionnement avec le département de la Haute-Garonne pour 3 postes supplémentaires devrait intervenir bientôt. Concrètement, les personnes en recherche d’un CDDI s’inscrivent en ligne sur la Plateforme de l’inclusion, conçue dans le cadre du Pacte Ambition IAE, un dispositif d’État pour l’insertion par l’activité économique des personnes éloignées de l’emploi en raison de difficultés sociales, professionnelles, ou de santé. “Ce sont en général des personnes qui cumulent les difficultés, poursuit Jehanne Portefaix. Nous recevons par exemple beaucoup de candidats qui ont pour bagage un bac +2, pas suffisant pour envisager un métier de développeur. Nous avons aussi des personnes en reconversion complète. Nous recrutons quasiment une personne chaque mois”

Nouvelle agence à Auterive

Digitanie leur propose un premier contrat de 4 à 6 mois, renouvelable dans la limite de deux ans. Pendant la durée de leur contrat, elles sont formées par les encadrants de Digitanie. “Elles partent au moment où elles sont opérationnelles et où, d’un point de vue économique, nous commençons à avoir un retour sur investissement, indique la dirigeante. Mais nous sommes contents quand elles nous quittent parce que cela veut dire que nous avons accompli notre mission.” Dans son portefeuille de clients, Digitanie compte de nombreux acteurs locaux, dont la CCI de l’Ariège, mais aussi le Centre national d’études spatiales (Cnes), EDF ou Enedis. “Ils ne nous sollicitent pas parce que nous sommes une entreprise d’insertion, précise Jehanne Portefaix, mais en fonction de considérations économiques et pour le service que nous sommes capables de leur fournir.” L’entreprise ariégeoise s’apprête à installer une nouvelle agence à Auterive (Haute-Garonne), pour laquelle elle va embaucher un encadrant supplémentaire. Une levée de fonds, destinée à renforcer ses fonds propres, devrait aussi intervenir en 2023.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition