Sarthe

Industrie

Delta Composants : Diversifier pour perdurer

Par Cédric Menuet, le 04 janvier 2013

Suite à l'écroulement de ses marchés historiques de l'électronique, Jacky Taffin repositionne son entreprise sur des activités à forte valeur ajoutée. Après l'aéronautique et le luxe, Delta Composants se lance dans l'emballage.

Jacky Taffin, P-dg de Delta Composants à La Ferté-Bernard.
Jacky Taffin, P-dg de Delta Composants à La Ferté-Bernard. — Photo : Cédric Menuet Le Journal des entreprises

Delta Composants ajoute une nouvelle corde à son arc, en lançant cette année une activité de fabrication de sachets souples. Un produit destiné notamment aux marchés de l'agroalimentaire et de la cosmétique sur lesquels l'entreprise de La Ferté-Bernard entend se positionner sur des petites et moyennes séries. «Il s'agit d'une activité sacherie à haute valeur ajoutée technologique. Nous intervenons sur la pose de bouchons, la réalisation de formes spécifiques», explique le P-dg de l'entreprise Jacky Taffin. Pour se lancer sur ce nouveau marché, Delta Composants travaille en collaboration avec Eliopack et Uni Packaging, deux sociétés fertoises spécialisées dans le film d'emballage, implantées elles aussi sur la zone industrielle des Ajeux. Une proximité censée réduire les coûts de stockage et les délais de fabrication, Delta Composants investissant 500.000euros dans l'aménagement de ses locaux et dans une nouvelle machine. Et à la question de savoir si cette nouvelle activité va générer du recrutement, Jacky Taffin n'y va pas par quatre chemins. Compte tenu du contexte actuel, le P-dg reconnaît «se battre pour perdre le moins d'emplois possible plutôt que d'en créer». Néanmoins, la sacherie devrait compter pour 5 à 10% du chiffre d'affaires dès la première année.


Reconversion

L'arrivée de Delta Composants sur le marché de l'emballage résulte d'une reconversion amorcée il y a près de dix ans. À l'époque, l'entreprise réalise 80% de son activité sur la fabrication de circuits imprimés, dont la branche perçage connaît une croissance à deux chiffres durant quinze ans. La crise de la filière électronique européenne sur la période 2002-2003 contraint le dirigeant à prendre de nouveaux virages. «La moitié de mes clients de l'époque sont morts en dix-huit mois, en me laissant des ardoises colossales. Pour continuer, on a modifié les machines pour leur faire percer de l'acier.» Résultat, l'activité de fabrication de pièces mécaniques et électromécaniques pèse pour 70% du chiffre d'affaires de la société. Le perçage occupant les 30% restants. Un pôle porté par l'aéronautique, Delta Composants perce des panneaux d'insonorisation pour Airbus, et le luxe avec du micro-perçage sur cuir, plastique et papier.

Régression de l'activité métal

Reste que l'entreprise subit quotidiennement les effets de la désindustrialisation avec une régression de ses marchés français sur l'activité métal. «Nous progressons à l'export sans conquête. Nos gros clients aujourd'hui sont allemands.» La filiale roumaine Delta Rom et ses 50 salariés permet toutefois de conserver des clients sur certaines activités non rentables en France et de rentrer de nouveaux clients pour le site fertois. Même si l'entreprise s'est séparée en avril de son activité de moulage, la diversification et l'innovation restent pour Jacky Taffin une obligation compte tenu du contexte actuel. 3% du chiffre d'affaires sont consacrés à la R & D et le chef d'entreprise maintient toujours la possibilité de faire évoluer ses machines pour les adapter à de nouveaux marchés.

Jacky Taffin, P-dg de Delta Composants à La Ferté-Bernard.
Jacky Taffin, P-dg de Delta Composants à La Ferté-Bernard. — Photo : Cédric Menuet Le Journal des entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.