Pays de la Loire

Financement

Interview Coronavirus - Banque des Territoires : « Des mesures d’urgence exceptionnelles pour les Pays de la Loire »

Entretien avec Philippe Jusserand, directeur de la Banque des Territoires régionale

Propos recueillis par Olivier Hamard - 08 avril 2020

La Banque des Territoires, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignation, est particulièrement mobilisée en cette période. Ses 50 collaborateurs en région ont été mis en télétravail et elle a mis en place plusieurs dispositifs de soutien aux collectivités, aux bailleurs sociaux et aux professions réglementées. Elle abonde aussi au fonds « Résilience », piloté par la Région des Pays de la Loire. Philippe Jusserand, le directeur de la Banque des Territoires régionale, qualifie d’« exceptionnelle » la palette de mesures d’urgence mises en place.

Philippe Jusserand, directeur de la Banque des territoires des Pays de la Loire.
La Banque des Territoires accompagne le fonds "Résilience", piloté par la Région des Pays de la Loire. — Photo : Banque des territoires

Le Journal des Entreprises : Comment s’est mobilisée la Banque des Territoires dans la Région des Pays de la Loire ?

Philippe Jusserand : Nous assurons, depuis notre création, des activités d’intérêt général et des missions dédiées au développement des différents territoires. Nous sommes ainsi aux côtés des collectivités, des bailleurs sociaux, des Établissements publics locaux (EPL), de nombreuses sociétés d’économie mixtes (SEM) et d’associations dans le secteur de l’Économie sociale et solidaire. Nous sommes aussi, en quelque sorte, le banquier des professions réglementées, entre autres les notaires et les huissiers. Depuis le début de la crise, nous avons mis en place ou accompagnons plusieurs mesures d’urgence exceptionnelles, et nous sommes aux côtés de la Région qui a lancé le fonds de soutien « Résilience ».

Comment soutenez-vous les professions réglementées ?

Philippe Jusserand : Pour les professions juridiques, notaires et huissiers, nous permettons le report d’échéances et un découvert bancaire sur 6 mois. Ils ont eux-mêmes la main sur ce dispositif et peuvent l’utiliser à leur guise. Nous accordons également un prêt de trésorerie sur trois ans. Au niveau national, l’enveloppe allouée à ce dispositif est de 500 millions d’euros, ce qui représente environ 25 millions dans les Pays de la Loire. Nous traitons actuellement une centaine de sollicitations de ces professions dans la région.

Qu’avez-vous mis en place pour les organismes de logement social ?

Philippe Jusserand : On compte 27 bailleurs sociaux dans la région, dont quelques-uns nous ont adressé des demandes. Nous leur proposons des reports d’échéances et ils ont à disponibilité des lignes de trésorerie pouvant aller jusqu’à 2 millions d’euros sur 6 à 12 mois. Nous pouvons aussi accélérer la mobilisation de prêts qu’ils auraient déjà signés, de même que nous pouvons les soutenir s’ils ont décidé d’accélérer le paiement des travaux qu’ils ont fait réaliser par les entreprises. Pour l’instant, nous avons été peu sollicités car ils continuent de percevoir les loyers de leurs locataires. En revanche, certains d’entre eux, qui proposent de l’accession à la propriété, ont des chantiers qui sont actuellement à l’arrêt.

Avez-vous des sollicitations des collectivités, des EPL et des SEM ?

Philippe Jusserand : Les collectivités sont très absorbées en ce moment par la gestion de la crise et font peu appel à nous. Certains projets que nous accompagnons sont retardés mais ceux qui sont encore en phase d’étude se poursuivent. Pour les SEM, nous avons un panel d’offres habituelles à leur disposition, sur des prêts à court terme ou des lignes de trésorerie. Nous proposons à celles qui ne font pas partie de nos clients de les aider pour financer à 100 % les études de projets qu’elles mènent actuellement. Pour réaliser ces études nous mobiliserons une autre filiale de la Caisse des Dépôts, la Scet, (Services conseils, expertises et territoires), une société d’ingénierie de projets. Nous commençons à être sollicités par plusieurs Sem de la région qui nous ont demandé de les soutenir.

Comment intervenez-vous dans le fonds régional « Résilience » ?

Philippe Jusserand : Nous avons signé un partenariat avec la Région des Pays de la Loire qui va piloter ce fonds qu’elle a lancé pour aider les TPE, les microentreprises et les associations de l’ESS qui ont des besoins de trésorerie et rencontrent des difficultés pour accéder aux autres dispositifs déjà existants. Il y avait en effet un trou dans la raquette en ce qui les concerne et ce fonds « Résilience » va y répondre. Il s’adresse aux entreprises de moins de 10 salariés au chiffre d’affaires inférieur à un million d'euros. La région nous a demandé de soutenir cette initiative sur ses modalités et son financement. Nous apportons comme elle 7,9 millions d’euros. Les départements et différentes EPCI vont également y abonder, la contribution minimale étant fixée à 2 euros par habitant. Le montant total continue donc d’évoluer mais on sait déjà qu’il sera conséquent. Il mettra à disposition des avances en trésorerie allant de 3 500 à 10 000 euros remboursables à 0 %, au bout d’un an ou plus. C’est un dispositif d’ampleur que la Banque des Territoires accompagne, et un bel élan de solidarité régionale puisque se sont fédérées l’ensemble des collectivités autour de la Région.

Philippe Jusserand, directeur de la Banque des territoires des Pays de la Loire.
La Banque des Territoires accompagne le fonds "Résilience", piloté par la Région des Pays de la Loire. — Photo : Banque des territoires

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail