Metz

Numérique

Réalité augmentée : Syslor veut faciliter les chantiers du BTP

Par Jean-François Michel, le 03 novembre 2020

Spécialisée dans la cartographie des réseaux enterrés et dans leur visualisation grâce à la réalité augmentée, la start-up messine Syslor veut atteindre le million de chiffre d’affaires dès 2021. Un objectif rendu possible par une levée de fonds d’un million d’euros.

L'équipe de Syslor est basée à Metz, dans les locaux de la pépinière Synergie.
L'équipe de Syslor est basée à Metz, dans les locaux de la pépinière Synergie. — Photo : © Syslor

Devenir le "Google Maps" des réseaux du sous-sol : l’objectif, résumé par le président de Syslor, Édouard Semin, n’a jamais été aussi proche pour la start-up basée à Metz. « L’opérationnel est structuré, nous avons rationalisé nos process, il faut maintenant montrer que nous pouvons changer d’échelle », souligne le dirigeant, qui s’appuie sur une équipe de 14 personnes.

Opérant dans la cartographie des réseaux enterrés, comme les tuyaux de gaz ou les gaines électriques, et dans leur visualisation grâce à la réalité augmentée, Syslor vient de boucler une levée de fonds d’un million d’euros auprès d’Eurovia Innovation Venture, structure d’investissement du groupe de travaux publics Eurovia (CA : 10,2 milliards d’euros), de Fayat Acceleration Startups, structure d’investissement du groupe de BTP Fayat (CA : 4,6 milliards d’euros), du fonds d’investissement régional Groupe ILP et de Bpifrance.

La réalité augmentée pour voir sous terre

Une série A qui n’est « qu’une étape », affirme Édouard Semin, qui veut atteindre un million d’euros de chiffre d’affaires ainsi que le point mort dès l’exercice 2021. Après avoir rassemblé 20 000 euros pour lancer l’entreprise, grâce notamment au soutien de Bpifrance, puis avoir réalisé une augmentation de capital à 95 000 €, le montant rassemblé grâce à cette nouvelle levée de fonds devrait permettre de recruter, pour continuer les efforts dans le développement des solutions de Syslor mais aussi pour vendre. « Notre offre est structurée pour les grands groupes mais nous allons aussi nous tourner vers les petites entreprises », précise Édouard Semin, qui a réussi à garder la majorité au capital dans le tour de table initié en février 2020.

Vendues sur abonnement, les solutions de Syslor s’adressent aux gestionnaires de réseaux, comme Enedis pour l’électricité ou GrDF pour le gaz, mais aussi aux entreprises de travaux publics. Concrètement, depuis des plans fournis par un client, les équipes de Syslor les modélisent pour ensuite pouvoir visualiser les réseaux grâce à un smartphone. « Nous travaillons actuellement à la conversion automatique des plans, révèle Édouard Semin. Nous y serons à la fin de l’année. » En pointant un smartphone sur une chaussée par exemple, il devient alors possible de faire disparaître le sol pour révéler les réseaux enterrés.

Des chantiers plus rapides 

Autre solution, la possibilité pour les clients de Syslor de faire des récolements, cette opération consistant, à la fin des travaux, à relever la position des équipements réalisés afin d’en connaître la nature et la position exacte, à l’aide d’un simple smartphone et d’une antenne, au lieu de faire appel à un géomètre. « Nos solutions sont très innovantes et nos clients sont toujours intéressés mais demandent à voir pour s’assurer que ça marche », souligne Édouard Semin.

Le dirigeant peut s’appuyer sur des arguments apportés par le cabinet Carbone 4, spécialisé dans la transition énergétique et qui a calculé que la mise en œuvre des outils de Syslor pouvait faire économiser jusqu’à 9 tonnes de CO2 sur une tranchée de 50 mètres en milieu urbain. « Moins d’embouteillages, plus de précision, plus de vitesse, les avantages sont importants sur les chantiers », plaide le dirigeant de Syslor.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail