Distribution

Témoignage Serge Papin : « Il faut que les distributeurs prennent leurs responsabilités »

Par Amandine Dubiez, le 11 avril 2019

La Loi Agriculture et Alimentation (Egalim), qui vient d'entrer en vigueur, a pour ambition d'accroître les revenus des producteurs, grâce à l'augmentation des prix de vente de la grande distribution en relevant notamment de 10 %  le seuil de revente à perte. L'ex dirigeant de Système U Serge Papin, qui a contribué à l'élaboration du dispositif, estime que la balle est à présent dans le camp des distributeurs pour rendre le système opérant.

Serge Papin, ancien PDG de Système U
Serge Papin, ancien PDG de Système U — Photo : Stéphane Chevillon

« J’ai été contributeur sur la loi Agriculture et Alimentation. Je ne voudrais pas m’associer aux Cassandre qui disent que cela ne va pas marcher. Ce n’est pas vrai. Rien ne sera plus comme avant. Les choses avancent.

C’est un dispositif qui permet de réguler le rapport de force. Il va falloir surveiller à présent que la hausse des prix, liée au relèvement du seuil de vente à perte, profite bien aux matières premières agricoles. Je rappelle que le dispositif est expérimental et qu’il est prévu dans la loi qu’il y ait des sanctions d’ici à deux ans s’il n’est pas respecté. L’impact sur les prix a été assez neutre, car la grande distribution a majoritairement baissé les prix des produits en marques de distributeurs.

« Les distributeurs sont les premiers de cordée »

J’ai entendu certains producteurs se plaindre de pressions à la baisse sur les prix du bio, lors des dernières négociations commerciales (entre producteurs et distributeurs, NDLR). Si cette baisse se confirme, elle prouve que la grande distribution fait preuve d’un manque de discernement. Il faut veiller, au contraire, à avoir des prix responsables et ne pas faire subir au bio ce que les producteurs conventionnels ont subi. Il faut garder un équilibre.

J’entends des Michel-Édouard Leclerc (président des hypermarchés E.Leclerc, NDLR) critiquer la loi, en se demandant comment cela pourrait profiter aux agriculteurs. Mais ce sont les distributeurs qui ont les cartes en main ! Ce sont eux qui sont les premiers de cordée ! On leur donne les moyens de prendre leur responsabilité, il faut qu’il la prenne. »

Serge Papin, ancien PDG de Système U
Serge Papin, ancien PDG de Système U — Photo : Stéphane Chevillon