Réseaux

A Nantes, 400 Femmes Chefs d’Entreprises ont pris le temps d’échanger

Par Amandine Dubiez, le 17 novembre 2018

Pour la première fois, le réseau national des Femmes Chefs d'Entreprises s'est réuni à Nantes en congrès. Du 15 au 17 novembre 2018, près de 400 dirigeantes de toute la France se sont donné le temps - thème du congrès - de partager et d'échanger sur leurs fonctions. Elles se sont aussi donné des pistes d'actions pour l'égalité homme-femme en entreprise.. 

Près de 400 femmes chefs d'entreprise de toute la France se sont réunies à Nantes du 15 au 17 novembre.
Près de 400 femmes chefs d'entreprise de toute la France se sont réunies à Nantes du 15 au 17 novembre. — Photo : JDE

Elles ont passé trois jours ensemble à Nantes, à échanger entre elles, mais aussi à prendre le temps. Le temps, c’était le thème du congrès national des Femmes Chefs d’Entreprise, l'un des plus anciens réseaux féminins nationaux, créé en 1945 et qui compte 2 000 membres en France, une centaine en Pays de la Loire, toutes des femmes chefs d’entreprises.

Comment gérer son temps ? Notre rapport au temps a-t-il changé avec les nouvelles technologies ? Comment déconnecter vraiment ? Pour avoir quelques réponses à ces questions, 400 femmes chefs d’entreprises venues de toutes la France ont assisté à des conférences et ateliers.

Des conseils pour gérer son temps

« Je vois souvent des chefs d’entreprise qui ont l’impression de pédaler dans le vide et qui ont le sentiment de s’épuiser », observe Antoine Carpentier, coach qui est aussi gérant de restaurants Big Fernand. « L‘essentiel est constamment menacé par l’insignifiant » poursuit-il en citant René Char. Il donne un conseil aux femmes chefs d'entreprise qui sont venues l'écouter dans la salle maxi de Stéréolux : « arrêtez les réunions de 2h et réduisez-les à 25 minutes, qui est le temps maximum de concentration. »

La philosophe Nicole Aubert à côté acquiesce. Elle observe que « l’économie, les nouvelles technologies ont changé notre rapport au temps. Les liens sont plus nombreux mais aussi plus fragiles, notre rapport aux autres est marqué par l’éphémère.» Dans ce cadre-là, comment nouer des liens plus intenses ?

« C’est un moment où l’on peut baisser les masques, s’accepter telle que l’on est. »

Réponses l'après-midi lors d'ateliers en plus petit comité. « Je vais désormais changer la façon dont je parle à mes collaborateurs. Je réalise que l’on n’a pas la même perception des choses. Je comprends mieux pourquoi on ne se comprend pas, qu’il peut y avoir des tensions », raconte une chef d’entreprise de Lille qui sort de l’atelier organisé sur le thème du temps et de la coopération.  Dans sa main, une petite fiche explicative qu’on lui a remis pour l’aider justement à mieux appréhender ses relations. Sa voisine vient en discuter avec elle. Ces deux-là ne s’étaient pas vu depuis le dernier congrès organisé par FCE,  il y a un an. Ce congrès est aussi l’occasion d’échanger, de retrouver des amies.

Un réseau pour s'entraider

« On vient y trouver des ressources, observe Anne-Sophie Panseri, la présidente nationale de FCE et présidente de la PME lyonnaise Maviflex ( é2M€ de CA, 80 salariés). Je suis arrivée en 2006 dans ce réseau, c’était la première fois que je sortais de mon entreprise. J’étais alors en grande souffrance, mon entreprise était en procédure de sauvegarde. Avec le réseau, j’ai pu lacher prise, j’ai pleuré, ce que je n’avais pas fait encore. Les femmes de FCE m’ont redonné confiance, m’ont aidé aussi concrètement »

de gauche à droite : Corinne Besnard, présidente de FCE en Loire-Atlantique, Anne-Sophie Pansari, présidente du réseau national Femmes Chefs d'Entreprises et Laurence Vernay, créatrice et présidente de FCE Pays de la Loire.
de gauche à droite : Corinne Besnard, présidente de FCE en Loire-Atlantique, Anne-Sophie Pansari, présidente du réseau national Femmes Chefs d'Entreprises et Laurence Vernay, créatrice et présidente de FCE Pays de la Loire. - Photo : JDE

 « Quand on se retrouve, ce sont des moments très authentiques, ici je me sens en confiance. C’est un moment où l’on peut baisser les masques, s’accepter telle que l’on est. On peut dire aussi quand cela ne va pas », explique Corinne Besnard, présidente de Creatic Emballage Services à Rezé. 

Trois nouveaux réseaux

« FCE c’est aussi un réseau où l’on s’entraide, où l’on s’aide à négocier des contrats », explique Laurence Vernay.  La fondatrice du réseau en Pays de la Loire est à l’initiative de ce congrès. Après quatre ans à la tête du réseau, celle qui est par ailleurs dirigeante associée chez TGS France Avocats mais aussi membre du Medef 44 et de la CCI Nantes-Saint-Nazaire, doit passer la main en janvier. Laurence Vernay a profité du congrès pour annoncer que le réseau régional serait désormais organisé à un niveau plus local avec des sections départementales.

Ainsi, Leanïck Le Gratiet dirigera FCE et ses 20 membres en Maine-et Loire, Marie Grimpret-Cognet fera de même en Vendée. Enfin, Corinne Besnard dirigera le réseau en Loire-Atlantique. Les missions restent toujours les mêmes : échanger et s’entraider.

Aider les femmes à négocier avec les banques

En local comme au niveau national, l'enjeu est d’aider les femmes à accéder au financement. « 60% des femmes chefs d’entreprise n’obtiennent pas leur financement auprès des banques. Il y a un travail à faire avec les banques", explique Anne-Sophie Panseri. 

Créer une centrale d'achat

Autre action identifiée : encourager les femmes à la reprise d’entreprise. " En France en moyenne, les entreprises dirigées par des femmes ne dépassent pas les 6 salariés" observe la présidente de FCE. Une raison à cela : "elles ont créé leur entreprise mais n'osent pas en reprendre". Autre idée de développement : "on pourrait créer une centrale d’achat pour toutes les entreprises du réseau", avance Anne-Sophie Panseri.  

Soutien des élues locales

« Ce sujet de l'égalité homme-femme ne concerne pas que les femmes, il doit être la bataille des hommes et des femmes », a déclaré Johanna Rolland, en ouverture de la journée de réflexion du vendredi. « En tant que ancienne femme chef d’entreprise, je vous comprends », a pour sa part déclaré Christelle Morançais.

La présidente du Conseil régional des Pays-de-la-Loire est venue saluer le mouvement à la fin du congrès, ravie d’échanger avec un public presque entièrement féminin, alors que c’est l’inverse au quotidien. Elle aussi voudrait créer un réseau féminin d'élues. "Il y en a un en Vendée, j'aimerais le développer dans toute la région", annonce-t-elle, sous les applaudissement de 400 femmes chefs d'entreprises.