Loire-Atlantique

Biens de consommation

Devineau : Le maître cirier lance la Nespresso de la bougie

Par Caroline Scribe, le 07 juillet 2017

Premier fabricant de bougies en France, la société Devineau lance de nouvelles gammes qui revisitent ce produit traditionnel.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Bougie sans mèche et sans flamme diffusant du parfum ou vraie bougie en paraffine avec Led intégré pour des effets de lumière, voici quelques-unes des nouveautés récemment mises sur le marché par la société Devineau, maître cirier depuis 1803 et premier fabricant de bougies en France (6e en Europe). « 25 % des gens ne brûlent pas de bougie par crainte de la flamme, d'accidents domestiques ou de pollution de l'air intérieur. À partir de ce constat, nous avons conçu un diffuseur, fonctionnant sur le même principe que la Nespresso, c'est-à-dire utilisant des capsules de cire parfumées permettant de changer d'odeur au gré de son humeur. Très récemment, nous avons lancé un produit au géraniol, efficace à 90 % pour repousser mouches et moustiques », explique Francis Clément Devineau qui, avec son frère Marc, représente la cinquième génération à la tête de l'ETI familiale. Et l'entreprise de Carquefou a encore dans ses cartons des projets qui devraient renouveler l'usage de la bougie.

« Made in France »

Ces nouveautés ainsi que les 4.000 références proposées par Devineau sont essentiellement fabriquées dans les trois usines de la société à Carquefou et à Cugand (44). « Je suis très attaché au made in France et même à la fabrication régionale. C'est pourquoi seuls les produits à fort taux de main-d'oeuvre sont produits sur notre site tunisien », avance le dirigeant. Devineau emploie 440 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros, en progression de 3 % en 2016. 50 % du chiffre d'affaires de l'entreprise est réalisé dans la grande distribution, soit en marque blanche, soit sous la marque Devineau. Le clergé représente encore 25 % des ventes sous la marque Desfossés. Les quelque 25 % restants sont commercialisés sous la marque Bougie La Française sur le secteur plus haut de gamme des boutiques de décoration, de cadeaux et les grands magasins. Sur un marché globalement stable, l'industriel doit faire face aux soupçons de pollution de l'air intérieur par les bougies.

« Des produits sains »

« Beaucoup de fausses informations circulent sur la nocivité présumée des bougies. Nous nous attachons à mettre sur le marché des produits sains et participons aux groupes européens de travail sur les nouvelles normes. Mais je déplore que l'État français ne fasse pas son boulot pour contrôler l'application de la législation en vigueur et laisse entrer sur le territoire des produits américains et chinois qui ne sont pas aux normes. C'est de la concurrence déloyale », regrette Francis Clément Devineau. Malgré ce contexte difficile, l'entreprise est bénéficiaire et dispose d'une solide trésorerie qu'elle pourrait mettre à profit pour faire de la croissance externe en ciblant des activités dans les secteurs du clergé et de la grande consommation.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.