Nantes

Communication et médias

Après l'Inde, The Links affiche d'autres ambitions à l'international

Par Simon Janvier, le 07 février 2014

The Links s'implante en Inde via le rachat d'une entreprise locale. L'agence nantaise fait ainsi ses premiers pas à l'international... avant d'autres ?

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Dans le secteur de la communication et du marketing, les agences françaises indépendantes présentes à l'international ne sont pas légion. The Links, ex G & A, en fait partie. L'agence nantaise vient d'ouvrir sa propre structure en Inde, The Links India. Pour cela, le Nantais a racheté l'agence locale Saltmangotree, axée communication digitale. Celle-ci est basée dans le sud-Ouest de l'Inde et dispose d'une antenne commerciale à New Delhi. Preuve des velléités de développement de la société nantaise sur le marché indien, The Links India a recruté dès sa création une douzaine de collaborateurs pour porter ses effectifs à une vingtaine de salariés.

Accompagner les Indiens et les Occidentaux

Cette antenne indienne de l'agence nantaise est dirigée par Timothé Guillois, un des fils de Vincent Guillois, président de The Links. « L'Inde, c'est une idée que j'avais en tête depuis un moment déjà. C'est un pays avec un extraordinaire potentiel et où la digitalisation de l'économie est déjà en marche. L'Inde va compter dès cette année davantage d'utilisateurs Facebook qu'aux États-Unis. On ne débarque pas en terrain inconnu puisque mon fils Timothé y travaille depuis plusieurs années, après avoir été durant deux ans senior vice-président de l'agence Digitas India », souligne Vincent Guillois. Ce dernier prépare ainsi sa succession. « The Links est une entreprise familiale et patrimoniale. Avec mes enfants, le processus de transmission est enclenché. Ils commencent à intégrer l'entreprise. A eux de faire leurs preuves ». En Inde, The Links compte en particulier se développer sur sa double expertise dans les domaines du digital et du parcours d'achat. « On va pouvoir accompagner nos clients pour mieux connaître leurs consommateurs et mieux communiquer auprès d'eux. Pour cela, on vise les entreprises indiennes qui se développent sur le web, mais aussi les entreprises européennes déjà implantées dans le pays et celles qui s'intéressent à cet énorme marché », ajoute Vincent Guillois.

Après l'Inde, d'autres velléités à l'international

Après l'Inde, The Links songe déjà à trouver d'autres leviers de croissance à l'international. « On a fait l'Inde avec un investissement raisonnable. Après, on peut imaginer se développer ailleurs à l'étranger », poursuit Vincent Guillois. En France, l'agence nantaise reste également en veille pour se positionner sur des opportunités de croissance externe « significatives ». Dans cette optique The Links avait porté il y a quelques mois son capital social de 210.000 à 1,1 million d'euros.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail