Metz

Commerce

Une carte pour doper l'activité des commerces du centre-ville de Metz

Par Jonathan Nenich, le 06 juillet 2018

Sandro Di Bernardi, patron du Mojito Bar à Metz et administrateur de l’Office de Tourisme de Metz produit via sa société Mobiwoom des cartes "Bonjour Metz" qui visent à doper l’attractivité du centre-ville. Le principe : l'utilisateur qui consomme chez les 350 commerçants messins affiliés peut obtenir des "remises" qui servent notamment à payer son stationnement.

Sandro Di Bernardi est le concepteur d'un outil intelligent visant à booster l'attractivité commerciale des centres-villes. — Photo : Jonathan Nenich

Sandro Di Bernardi incarne le commerce numérique de la ville de Metz. Il y a cinq ans, il s’est lancé dans la création d’un concept visant à booster l’attractivité du centre-ville : « Mon objectif est de doter le centre-ville du même service commercial que les zones d’activités », affirme-t-il.

Après un sondage auprès des commerçants, il a pu identifier la problématique principale, qui explique en partie la vacance de 6,9 % des fonds de commerce du centre-ville (moyenne nationale : à 8,5 %) : le stationnement. Via la carte "Bonjour Metz", il propose, entre autres, aux commerçants d’offrir indirectement le stationnement aux clients.

Un badge de parking universel

« Les 350 commerçants partenaires peuvent délivrer une carte à leurs clients et y créditer une somme d'argent (ou "cash back") qui va de 1 à 10 % du montant dépensé dans l’enseigne. L’utilisateur paye ensuite son parking avec cette carte prépayée ou l'utilise pour faire des achats dans les autres commerces messins affiliés », décrit Sandro Di Bernardi. Un procédé unique en France puisque les 12 parkings du centre-ville, pourtant partagés entre cinq exploitants différents, acceptent la carte Bonjour Metz, qui fait office de badge abonnement universel.

Depuis le mois de mai, il est aussi possible de payer son stationnement, à distance, via l’application mobile développée par le studio d’innovation digitale Owlie connectée à la carte, dans les 250 horodateurs du centre. Et s’il n’y a pas assez d’argent sur la carte, le reste est prélevé sur le compte bancaire jumelé des utilisateurs. « C’est devenu une monnaie locale ! », s'enthousiasme le porteur du projet.

400 000 euros de "cash back" réalisés

Les 30 000 détenteurs de la carte, à 75 % des Messins, peuvent se connecter à l’application, également disponible en anglais, pour géolocaliser les commerçants partenaires. L’entité qui encaisse l’argent reverse à Mobiwoom une commission de 2 %. 1 000 paiements de parking sont réalisés tous les jours à Metz via la carte. En 2017, le volume de "cash back" des commerçants s’est élevé à 400 000 euros, soit 8 000 € de chiffre d’affaires pour la société.

« J’ai présenté le projet à la Chambre régionale de commerce de la région Sud-Provence Alpes Côte d'Azur. Nous sommes en discussions avec la ville de Nice et sommes déjà en train de créer les cartes de la commune proche de Cagnes-sur-Mer », précise Sandro Di Bernardi.

Pour atteindre son point d’équilibre, Mobiwoom, ses trois employés et son équipe de développeurs ont besoin de travailler avec dix villes. « J’ai besoin de volume pour être rentable, car il n’y a aucun frais d’abonnement ni pour les commerçants ni pour les utilisateurs », justifie-t-il. L’investissement de Mobiwoom dans ce projet s’élève à un million d’euros.

Sandro Di Bernardi est le concepteur d'un outil intelligent visant à booster l'attractivité commerciale des centres-villes. — Photo : Jonathan Nenich