Nantes

Numérique

Wonder Partner’s installe le Père Noël en réalité augmentée dans les centres commerciaux

Par Amandine Dubiez, le 12 novembre 2020

La PME nantaise Wonder Partner’s installe en décembre des Père Noël en réalité augmentée dans les galeries marchandes de 500 magasins Carrefour, Super U mais aussi Leclerc. La crise sanitaire accélère la croissance de la jeune entreprise qui s’implante parallèlement aux États-Unis. Elle prépare une levée de fonds pour 2021 pour accélérer sur la R & D.

à gauche Alexis Thomas et à droite Patrick Gluck, cofondateurs et associés de Wonder Partner's
Pendant le premier confinement, les dirigeants de Wonder Partner's Alexis Thomas et Patrick Gluck avait créé un docteur virtuel pour permettre de rappeler de manière ludique les gestes barrières. — Photo : Wonder Partner's

Covid oblige, cette année, pas de bisous au Père Noël. La traditionnelle photo du Père Noël avec les enfants sur les genoux ne pourra être que virtuelle. En tout cas dans 500 centres commerciaux de l’Hexagone. La jeune PME nantaise Wonder Partner’s (30 salariés, 2 M€ de CA) a en effet signé des contrats pour installer un Père Noël en réalité augmentée dans les galeries marchandes de Carrefour, Leclerc et Hyper U. Il suffit de pointer l’appareil photo de son téléphone sur le décor installé pour l’occasion pour voir apparaître un Père Noël au milieu d’un joli décor de circonstance. La technologie transforme la 2D en 3D animée. 

Décidément, Noël représente un coup d’accélérateur pour la jeune PME créée en 2018 qui a aussi renouvelé son partenariat avec Carrefour pour intégrer de la réalité augmentée dans son catalogue de jouets de Noël (17 millions d’exemplaires). Cette année, Wonder Partner’s discute aussi pour installer son Père Noël virtuel ou autres animations virtuelles saisonnières dans des centres commerciaux américains. « Aux États-Unis, ils ne nous demandent pas le prix mais les data ! Qu’est-ce qu’on va savoir avec votre technologie ? Ce qui les intéresse, c’est de connaître les clients », constate le cofondateur de Wonder Partner’s Patrick Gluck.

Une implantation aux États-Unis, une autre à Amsterdam

Wonder Partner’s commence en effet à être reconnu au-delà des frontières pour son avance technologique. Raison pour laquelle, la PME s’apprête à créer une antenne à Détroit (Michigan) aux États-Unis, si la pandémie lui permet toutefois de s’échapper de son siège basé à Rezé. Elle a aussi ouvert un bureau à Amsterdam et conclut un partenariat en Suisse.

Si le retail semble être pour le moment son premier marché, la jeune PME intéresse de plus en plus d’autres secteurs qui voient dans la réalité augmentée une solution stratégique alors que la crise sanitaire les contraint à dématérialiser leur offre. « On est par exemple contacté par deux gros constructeurs automobiles. Le but est de faire apparaître la voiture dans son garage. On pourrait choisir la couleur, les options », explique Patrick Gluck. Et donc même acheter une voiture sans bouger de son canapé. Le secteur médical s’intéresse aussi fortement à cette technologie, alors que la télémédecine est en train de rentrer dans les mœurs. « Cela permet de créer un lien avec le patient. La technologie permet de ramener un humain virtuel là où on ne peut pas envoyer un humain-humain », détaille Alexis Thomas. Autre prospect inattendu : la haute couture, qui y voit le moyen alternatif, en plein covid, d’organiser un défilé de mode en gardant ses distances.

Avec chacun de ses clients, Wonder Partner’s doit être pédagogue. Sur cette technologie naissante de la réalité augmentée, les dirigeants ont la sensation d’être des pionniers qui doivent jouer le rôle de guide. « Les gens voient encore trop la réalité augmentée comme une simple vitrine, un peu comme il voyait les sites internet au départ, comme quelque chose de spectaculaire et ludique. Mais il y a un vrai usage derrière, que l’on apporte », explique Patrick Gluck.

La prochaine révolution des lunettes à réalité augmentée

La révolution technologique ne fait que commencer selon lui. La PME veut être prête pour la prochaine étape technologique qui devrait démocratiser l’usage de la réalité augmentée. D’ici à 2022, les lunettes à réalité augmentée devraient en effet arriver sur le marché grand public. Elles permettront d’afficher des éléments virtuels sur les verres des lunettes. Pour accompagner cette montée en puissance de la technologie et conforter son avance, la PME qui s’est lancée en autofinancement et sans emprunt planifie une levée de fonds pour 2021. Wonder Partner’s cherche 3 à 4 millions d’euros et commence à démarcher des investisseurs.

« On sait où on veut aller, la réalité augmentée va évoluer et se rapprocher de l’intelligence artificielle », précise Alexis Thomas. Concrètement, demain il ne sera pas seulement possible de faire coucou à un Père Noël virtuel mais aussi de lui parler, de lui demander des conseils sur sa liste de cadeaux, etc. En attendant, Wonder Partner’s travaille donc la technologie en partenariat avec Vuforia, filiale du groupe international PTC, reconnu comme un fournisseur de technologies dédiées à l’Internet des Objets. Wonders Partner’s se projette vers un chiffre d’affaires à 5 millions en 2022.

à gauche Alexis Thomas et à droite Patrick Gluck, cofondateurs et associés de Wonder Partner's
Pendant le premier confinement, les dirigeants de Wonder Partner's Alexis Thomas et Patrick Gluck avait créé un docteur virtuel pour permettre de rappeler de manière ludique les gestes barrières. — Photo : Wonder Partner's

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail