Nantes

Numérique

Unikname veut développer une alternative à StopCovid basée sur la blockchain

Par Amandine Dubiez, le 30 avril 2020

Alors que l’application de traçage StopCovid, en cours de développement, suscite la controverse à propos de la protection des données personnelles des utilisateurs, la jeune PME nantaise Unikname veut adapter sa technologie d'authentification basée sur la blockchain pour sécuriser et anonymiser le dépistage du Covid-19.

Laurent Lourenço, PDG de la PME nantaise Unikname.
Laurent Lourenço, PDG de la PME nantaise Unikname. — Photo : Florent Godard - Le Journal des entreprises

Après deux ans de recherche et développement et six mois de tests avec des grands groupes tels que La Poste ou Cyllene, la PME nantaise Unikname (10 salariés) est prête à sortir le 4 mai sa solution d’authentification Unikname sécurisée basée sur la blockchain. Concrètement, l’idée est de remplacer le bouton « se connecter avec son profil Facebook » par une touche « se connecter avec son identifiant web Unikname » qui garantit l’anonymat de la personne et la confidentialité de ses données personnelles grâce à la blockchain. 

Une identité et des données préservées

À quelques jours du 11 mai et de la première étape du déconfinement, Unikname aimerait adapter sa solution pour présenter une application alternative à l’application StopCovid lancée par le gouvernement, qui suscite la controverse. « Elle permettrait aux citoyens d’obtenir leurs résultats de test de dépistage sur leur smartphone sans avoir à divulguer leur identité et de prouver leur "statut" pour avoir accès à la zone de foule, par exemple une maison de retraite, un festival, un cinéma, un restaurant ou certaines entreprises… La contribution serait anonyme et pourrait profiter à l’ensemble de la communauté en permettant le calcul du niveau d’immunité », décrypte Laurent Lourenço, PDG de la PME nantaise hébergée au sein de l’incubateur Novapuls.

Grâce à la blockchain, le citoyen ne serait pas contraint de dévoiler son identité véritable. « Ni son numéro de sécurité sociale, de carte d’identité, ni même ses nom et prénom », précise Laurent Lourenço.

Appel aux laboratoires et groupes de santé

Pour développer cette application, Unikname chercher à nouer des partenariats avec des groupes de santé comme des laboratoires ou des professionnels de santé. « Les résultats des tests seraient stockés par les laboratoires d’analyses médicales de manière totalement anonyme sur une blockchain semi-publique, et c’est dans cette blockchain que l’application installée sur le téléphone du citoyen va pouvoir retrouver ses résultats d’analyse via son identifiant universel anonyme. Le patient est le seul à connaître cet identifiant », précise le PDG de Unikname, qui se dit prêt à lancer son application en quelques jours une fois les partenaires trouvés.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition