Nantes

Infrastructure

Notre-Dame-des-Landes : après l’abandon, les propositions des patrons

Par Amandine Dubiez, le 19 janvier 2018

Franchissement de la Loire, TGV Paris-Charles-de-Gaulle - Nantes en moins de 2 heures mais aussi Hyperloop et ZAD transformée en "Silicon Valley de l’agriculture"... Après l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, 75 entrepreneurs et élus de la CCI Nantes-Saint-Nazaire ont travaillé sur des propositions pour améliorer l’attractivité du territoire.

De gauche à droite : Carine Chesneau, présidente du CJD Pays de la Loire, Nicolas Derouault, directeur général du groupe IDEA et Yann Trichard, président de la CCI Nantes-Saint-Nazaire. — Photo : Amandine Dubiez

Ils ont travaillé avec la méthode post-it. Pendant une matinée, 75 élus de la CCI Nantes Saint-Nazaire, chefs d’entreprise de grands groupes PME et ETI, ont réfléchi en cinq ateliers aux infrastructures nécessaires au développement du territoire après l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Priorité absolue : Moderniser l’aéroport Nantes-Atlantique

« On a dix ans de retard sur le développement de l’aéroport », estime Yann Trichard, président de la CCI Nantes Saint-Nazaire. La ministre des Transports Élisabeth Borne a évalué à 450 millions d'euros le coût du réaménagement de l'aéroport Nantes-Atlantique. « Le projet serait financé par les compagnies aériennes », a-t-elle par ailleurs annoncé.  

Deuxième priorité : Des trains plus rapides vers Rennes, Paris et ses aéroports

« Aujourd’hui, il faut 3h30 en train pour aller de Nantes à Roissy-Charles-de-Gaulle, il faudrait que nous puissions le faire en 2 heures », avance Nicolas Derouault, directeur général du groupe IDEA. Concrètement il s’agirait de faire en sorte qu’il y ait davantage de TGV qui fassent Paris-Nantes en 2 heures ou moins. Autre urgence : dynamiser l’axe Nantes-Rennes et pourquoi pas tester l’Hyperloop, le train du futur inventé par Elon Musk qui se déplace à 1 200 km/h.

Troisième priorité : Un nouveau franchissement de la Loire

« Il serait à proximité du pont de Cheviré », propose Yann Trichard. Un nouveau franchissement de la Loire est, selon les élus de la CCI, indispensable pour fluidifier la circulation entre le Nord et le sud de la Loire. Un investissement qui s’accompagnerait de grands travaux sur le périphérique déjà congestionné mais aussi de la création d’une 3X2 voies entre Nantes et Savenay ainsi que du rallongement du tram jusqu’à l’aéroport.  Les chefs d’entreprise attendent aussi des signaux forts en direction du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire dont l’avenir est aujourd’hui en suspens suite à de récentes prises de position de l’État.

Protéger l’IRT Jules Verne

Le pôle d’innovation de l’Ouest installé à proximité de l’aéroport Nantes-Atlantique a besoin d’espace pour se développer. « Aujourd’hui ce pôle fait travailler 1 000 personnes et il est prévu qu’il soit créé 5 000 emplois », explique Nicolas Derouault. L’enjeu est de conserver les 80 hectares d’espace encore disponible aux alentours.

Transformer la ZAD en "Silicon Valley de l'agriculture"

Ils proposent de la renommer « zone d’activité durable » ou « zone d’apprentissage différente ». Que ce soit pour expérimenter des projets en lien avec l’éolien ou la méthanisation, « nous avons une volonté d’en faire un lieu d’excellence, d’innovation et d’expérimentation. L’idée est de se servir de la notoriété du lieu pour mettre en valeur le savoir-faire du territoire », explique Carine Chesneau, présidente du CJD Pays de la Loire et de Lambert-Manufil.   

De gauche à droite : Carine Chesneau, présidente du CJD Pays de la Loire, Nicolas Derouault, directeur général du groupe IDEA et Yann Trichard, président de la CCI Nantes-Saint-Nazaire. — Photo : Amandine Dubiez