Vendée

Agroalimentaire

Après un rachat en Espagne, Europe Snacks vise l’Italie et l’Allemagne

Par Jéromine Doux, le 01 octobre 2018

Le leader français du biscuit apéritif à marque de distributeur Europe Snacks vient d’avaler son concurrent espagnol Ibersnacks. Quelques mois auparavant, il avait racheté le fabricant de chips anglais, Kolak. Le Vendéen vise désormais l’Italie ou l’Allemagne et ambitionne de doubler son chiffre d'affaires dans les cinq ans.

Nicolas Eymeoud, directeur général d'Europe Snacks, multiplie les projets pour que l'entreprise continue de grossir.
Nicolas Eymeoud, directeur général d'Europe Snacks, multiplie les projets pour que l'entreprise continue de grossir. — Photo : Adrien Borga Le Journal des entreprises

« On envisage de nouveaux rapprochements avec d’autres sociétés, au niveau européen », confie Nicolas Eymeoud, directeur général d’Europe Snacks, à Saint-Denis-La-Chevasse, en Vendée. Le leader français du biscuit apéritif à marque de distributeur ne s’en cache pas : il veut continuer à croître pour s’imposer davantage en Europe.

Après avoir acquis l’anglais Kolak, en 2016, le vendéen vient de se rapprocher de l’espagnol Ibersnacks (70 M€ CA, 400 salariés). Une nouvelle acquisition qui porte le groupe à 2 000 salariés et à un chiffre d’affaires de 350 M€. Soutenu par l’investisseur Apax Partners, qui détient 51 % du capital depuis cinq ans, Europe Snacks a désormais les moyens de ses ambitions. « Nous avons huit sites de production. Ce qui nous permet de répondre à la demande de rapidité de nos clients », poursuit le directeur général.

Le Vendéen Europe Snacks vient de se rapprocher de son concurrent espagnol, Ibersnacks.
Le Vendéen Europe Snacks vient de se rapprocher de son concurrent espagnol, Ibersnacks. - Photo : Europe Snacks

Le marché du biscuit apéritif en pleine forme

Cette stratégie de croissance externe permet également à Europe Snacks d’étendre sa gamme de produits. « Nous sommes désormais le spécialiste européen du snack salé et des produits apéritifs », se satisfait le dirigeant. Et il ne compte pas s’arrêter là. Le groupe pourrait prochainement se rapprocher de l’Italie ou de l’Allemagne.

Car le marché du biscuit apéritif se porte bien. « Il continue même d’évoluer », indique Nicolas Eymeoud. Selon la société d’études IRI, les recettes générées par la vente des produits salés pour l’apéritif ont augmenté de 5,7 % en 2016 et celles générées par les chips enregistrent une hausse de 6,5 %. Les plus gros consommateurs de snacks et de biscuits salés au niveau européen sont, dans l’ordre, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne, la France puis l’Italie. « 1,7 milliard de paquets sortent de nos usines chaque année. Les Anglais en absorbent une très grosse quantité », éclaire le dirigeant.

D’un pays à l’autre, il existe toutefois de grosses disparités. « En France, on va vendre des paquets de chips à partager, par exemple. En Angleterre, ce sont les portions de 25 grammes qui fonctionnent le mieux. » Alors il faut savoir s’adapter. Dans l’Hexagone, par exemple, la tendance est de plus en plus aux snacks bio ou plus sains. « On travaille sur des produits sans gluten, vegan », détaille le dirigeant, qui vient de lancer sa gamme de produits bio cet été.

Une ligne de production d'Europe Snacks.
Une ligne de production d'Europe Snacks. - Photo : Le Journal des Entreprises

60 M€ d’investissement

Au total, l’entreprise investit 20 millions d’euros sur quatre ans, notamment pour le lancement de ces produits. « Une part de cet investissement est consacrée à l’innovation, au matériel et au nouveau procédé de fabrication. Un budget servira également à l’accompagnement de notre croissance, de nos marchés et donc de nos outils industriels. Puis, nous allons mettre des moyens dans la technologie et la robotisation. » L’entreprise a déjà investi 40 M€ ces trois dernières années pour développer ses capacités de production, avec notamment une nouvelle ligne de production.

D’ici à cinq ans, Europe Snacks ambitionne de doubler son chiffre d’affaires. En attendant, la société devrait changer de nom. Suite aux acquisitions, le nom de l’entreprise - « Europe Snacks – Kolak – Ibersnacks » - commence à devenir long !

Nicolas Eymeoud, directeur général d'Europe Snacks, multiplie les projets pour que l'entreprise continue de grossir.
Nicolas Eymeoud, directeur général d'Europe Snacks, multiplie les projets pour que l'entreprise continue de grossir. — Photo : Adrien Borga Le Journal des entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail