Puy-de-Dôme

Numérique

Braincube en route pour une levée de fonds de 100 millions d'euros

Par Gilles Cayuela, le 19 septembre 2022

Après avoir levé 12 millions d’euros en 2018, le spécialiste de l’analyse des données industrielles Braincube ambitionne de lever 100 millions d’euros pour répondre à l’appétence croissante des entreprises pour l’industrie 4.0. 

Braincube développe un logiciel d’intelligence artificielle qui exploite la masse de données issue des lignes de production.
Braincube développe un logiciel d’intelligence artificielle qui exploite la masse de données issue des lignes de production. — Photo : Ludovic Combe

Braincube ne connaît pas la crise. Spécialisé dans l’analyse des données industrielles, l’éditeur de logiciels (175 salariés ; 20 M€ de CA en 2021) basé à Issoire, dans le Puy-de-Dôme, a vu sa croissance doubler sur les deux dernières années. L'entreprise édite un logiciel d'intelligence artificielle qui exploite la masse de données issue des lignes de production. Sa solution permet de collecter des données, de les piloter et d'établir des 

prédictions afin d'améliorer la productivité des usines. 

"La crise sanitaire a été un grand révélateur de maturité. Les usines sont restées fermées mais ont continué à travailler et les outils du cloud ont explosé. Nous nous sommes rendu compte que nous étions capables de vendre, d’installer et de faire des interventions à distance. Résultat, notre croissance, qui était en moyenne de 15 % par an, est passée à 30 %. Et nous allons encore faire 30 % cette année", confie Laurent Laporte, président et cofondateur de Braincube.

Portée par le marché américain "où l’on va grossir de 50 % cette année", le Brésil dont "l’activité va doubler en 2022", et l’Europe " où l’on va faire +25 %", Braincube a clairement le vent en poupe. "Quand nous nous sommes lancés en 2008, l’industrie 4.0 n’existait pas. En 2014 tout le monde se demandait ce que c’était et depuis 2020 tout le monde a compris son intérêt", commente Laurent Laporte.

"Staffer pour gérer l’appétence du marché"

Pour répondre à la croissance naturelle du marché de l’industrie 4.0 et accélérer ainsi son développement, Braincube vient de lancer un tour de table auprès d’investisseurs. "Nous sommes en contact avec de grands fonds internationaux. Nous leur présentons un projet de croissance basé sur la démultiplication de ce que l’on fait déjà et sur le développement de partenariats important déjà engagés avec des géants comme Microsoft, Amazon Web Services ou Aveva (en cours d’acquisition par Schneider Electric, NDLR)", confie le PDG de Braincube.

La PME du Puy-de-Dôme, qui avait levé 12 millions d’euros en 2018, ambitionne cette fois-ci d’aller chercher "au minimum 100 millions d’euros". Espérée pour courant 2023, cette levée de fonds devrait permettre à Braincube de "se staffer pour gérer l’appétence du marché" sur les trois continents où l’éditeur de logiciels est installé. "Nous prévoyons de multiplier par trois nos forces de vente, de créer pour le volet marketing des salons privés et une communauté d’utilisateurs, et de doubler aussi notre équipe de développeurs pour tenir le cap de notre belle roadmap produits", détaille Laurent Laporte.

Des partenariats avec des SSII

En veille d’opportunités de croissance externe post-levée de fonds "pour aller chercher une techno complémentaire ou s’installer plus facilement et rapidement sur un territoire", le dirigeant de Braincube s’est fixé pour objectif d’atteindre les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2027 avec 600 à 650 salariés. "On vise le statut de centaure, ces entreprises dont le revenu annuel récurrent dépasse les 100 millions d’euros. Et nous avons une chance historique de devenir la solution leader sur notre marché et une belle ETI", assure Laurent Laporte.

Pour y parvenir Braincube prévoit de s’appuyer sur des partenariats avec des SSII. "La transformation digitale se fait en trois étapes : mise en place des infrastructures ; déploiement de solutions existantes, et ensuite fabrication de solutions à façon. Braincube n’a pas vocation à fabriquer à façon. L’idée est donc de s’entourer de partenaires qui, à partir de nos outils, le feront pour nous", conclut le PDG de Braincube.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition