Haute-Garonne

Électronique

Microtec renforce ses capacités de production et d'études

Par Paul Falzon, le 23 mars 2021

Impacté par la crise du secteur aéronautique, le concepteur et fabricant de composants électroniques Microtec développe ses activités vers le spatial et la défense. La société renforce aussi son outil de production et son bureau d'études, avec l'objectif de mieux valoriser son offre intégrée.

Grâce au plan d'investissement réalisé au premier trimestre 2021, Microtec va désormais réaliser l'essentiel de sa production en salle blanche.
Grâce au plan d'investissement réalisé au premier trimestre 2021, Microtec va désormais réaliser l'essentiel de sa production en salle blanche. — Photo : Microtec / Frederic Maligne

Changement d’époque mais pas de cap pour Microtec. Sorti fin décembre du groupe Agora, le concepteur et fabricant de cartes et équipements électroniques basé à Ramonville-Saint-Agne (31) est désormais présidé par son nouvel actionnaire majoritaire, Fabrice Marchese. " Microtec possède déjà le bon socle de compétences : c’est l’une des rares PME à pouvoir à la fois concevoir, développer et fabriquer des solutions d’électronique de haute fiabilité. L’objectif est de poursuivre la démarche de diversification engagée par mes prédécesseurs, tout en approfondissant la spécialisation de l’entreprise sur les marchés à forte valeur ajoutée", résume Fabrice Marchese.

Fabrice Marchese, président de Microtec.
Fabrice Marchese, président de Microtec. - Photo : Microtec

Les difficultés de l’industrie aéronautique, qui pesait auparavant 30 % de l’activité, ont déjà obligé Microtec à concentrer son développement sur d’autres secteurs peu ou pas impactés par la crise comme le spatial (40 % du CA), la défense (15 %) ou le médical (8 %). Elle a aussi poussé l’entreprise à se séparer d’une dizaine de collaborateurs, essentiellement sur des fonctions de production, ramenant les effectifs à une centaine de salariés. Le chiffre d’affaires a chuté à 6,5 millions d’euros, mais Fabrice Marchese pense le ramener dès 2021 entre 8,5 et 9 millions d’euros. "Les prévisionnels sont encourageants, notamment dans le spatial où les grands programmes n’ont pas été décalés, se félicite le nouveau président. Si la reprise se confirme, nous allons lancer un plan d’embauches d’une dizaine de personnes, mais cette fois pour renforcer notre bureau d’études."

Offre intégrée

Microtec réalise déjà près de la moitié de son chiffre d’affaires sur les études, qu’elles concernent les architectures système, la conception des cartes et équipements électroniques, la définition des moyens d’essais ou encore la qualification des process industriels. Longtemps perçue comme un simple sous-traitant sur la fabrication, l’entreprise veut désormais mieux valoriser cette capacité à accompagner ses clients sur l’ensemble de leurs besoins. "De nombreuses entreprises sont intéressées par une offre intégrée, des études à l’intégration en passant par les prototypages et les tests, rapporte Fabrice Marchese. La prochaine étape, ce sera de proposer nos propres produits sur les marchés de la défense et du spatial, comme nous le faisons déjà sur les télécoms : cette offre sur étagère doit voir le jour à horizon 2023 ou 2024."

Un plan d’investissement

En parallèle, Microtec a lancé un plan d’investissement sur son outil de production qui doit mobiliser entre 1,5 et 2 millions d’euros sur le premier trimestre 2021. Soutenu par le plan France Relance à hauteur de 650 000 euros, il prévoit le doublement des surfaces de salles blanches, où se fera désormais l’essentiel de la production, ainsi que l’achat de machines robotisées sur la fabrication des cartes électroniques. Objectif, répondre aux cahiers des charges de plus en plus contraints de ses clients, notamment sur les marchés où les exigences de fiabilité sont les plus élevées comme le spatial et la défense. Mais aussi rester compétitifs en prix, pointe Fabrice Marchese : "Nous poursuivons la démarche lancée par le groupe Agora, de définir les solutions les plus performantes au meilleur coût. La crise sanitaire a fait prendre conscience de l’importance de disposer d’une filière électronique souveraine, il nous faut trouver le positionnement en phase avec cette dynamique."

Grâce au plan d'investissement réalisé au premier trimestre 2021, Microtec va désormais réaliser l'essentiel de sa production en salle blanche.
Grâce au plan d'investissement réalisé au premier trimestre 2021, Microtec va désormais réaliser l'essentiel de sa production en salle blanche. — Photo : Microtec / Frederic Maligne

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail