Morbihan

Énergie

Un débat public pour le parc éolien flottant de Groix-Belle île

Par Xavier Eveillé, le 21 juillet 2020

Désireux de confirmer le développement jugé stratégique de l'éolien flottant, le gouvernement lance un débat public sur le projet de Groix-Belle île. La Région Bretagne est également soucieuse de la réussite du projet. Son "pacte électrique breton" compte hisser l'indépendance énergétique de la région de 15 à 30 % en 2030. Tour d'horizon en chiffres d'un projet ambitieux.

Projet d'éolienne flottante WindFloat au Portugal.
Le projet d'éolienne flottante WindFloat, installé au large de Aguçadoura, au Portugal. — Photo : Untrakdrover - CC BY-SA 3.0

Fin 2019, la ministre de la Transition écologique et solidaire a saisi la Commission nationale du débat public sur le projet d’appel d’offres du futur parc éolien flottant de Groix-Belle île (Morbihan), porté par l'État et RTE, et soutenu par la Région Bretagne. Le débat public a été lancé le 20 juillet et s’achèvera le 30 novembre. « Ce débat précède le choix de l'opérateur. Il porte sur le principe de l’implantation de ces éoliennes et non le projet en lui-même. Nous espérons avoir les remontées de toutes les voix, y compris les plus timides », résume Chantal Jouanno, présidente de la commission nationale. De ces retours du public dépendra le choix du site d’implantation précis, à l’issue du rapport, attendu au printemps 2021.

250 mégawatts, 200 mètres de haut

Le projet lancé par l'Etat porte sur deux parcs éoliens flottants d’une puissance de 250 mégawatts (500 à 750 à terme), à ne pas confondre avec la ferme flottante pilote de 24 MW d'Eolfi, développée dans une proche zone un peu plus à l'ouest. Au moins une vingtaine d’éoliennes de 200 mètres de haut seraient érigées dans un périmètre allant jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres au sud de Groix. Il permettrait à l’horizon 2028 de produire l’équivalent de 10 % de la consommation énergétique de la Bretagne. « Ce projet serait le premier parc commercial français de ce type et l'un des rares dans le monde. D'autres sont développés au Royaume-Uni, au Portugal et au Japon », situe Laurent Michel, délégué régional au ministère de la Transition écologique. Le potentiel est très significatif à moyen terme. L’ensemble des parcs flottants français pourrait produire l’équivalent de trois réacteurs nucléaires. La position centrale de l'Hexagone en Europe aiderait à ouvrir les portes à l’export.

Le périmètre d'études du projet de ferme éolienne flottante de Groix-Belle île, dans le Morbihan.
Le périmètre d'études du projet de ferme éolienne flottante de Groix-Belle île, dans le Morbihan. - Photo : DR

Des

centaines d'emplois

Localement, il est encore difficile de quantifier les retombées du projet, qui dépendront de la possibilité d’étendre le parc à moyen terme. Quoi qu'il en soit, les investissements n'ont pas attendu : 220 millions d’euros sont déjà investis pour développer les énergies marines renouvelables au port de Brest, tandis que le port de Lorient devrait être renforcé avec la création d’un centre de maintenance (une centaine d’emplois potentiels). « La filière n’arrive pas dans un terrain vierge. Le choix de la Bretagne tient à l'excellence universitaire et industrielle », souligne la préfète de région, Michèle Kirry. De son côté, RTE a évalué à 200 le nombre de ses salariés déjà engagés à temps plein sur l’offshore éolien. Des effectifs amenés à augmenter avec l’implantation du centre de maintenance et du poste de raccordement sur le continent.

En sus des projets pilotes Floatguen et Eolfi

Le projet de parc éolien flottant de Groix-Belle île constituerait une première concrétisation de l'ambition de l'État depuis 2015 et le vote de la loi sur la transition énergétique. Car la France ambitionne de porter la part des énergies renouvelables de 17 % de la production énergétique nationale à 30 % en 2030. Rappelé à ses ambitions par les régions après une certaine frilosité en 2019, l'État porte désormais un intérêt plus affirmé à l’éolien flottant. À côté des projets pilotes (Floatgen, Eolfi) émergent les projets de Groix-Belle île, ainsi que trois autres dans le golfe du Lion en Méditerranée.

Projet d'éolienne flottante WindFloat au Portugal.
Le projet d'éolienne flottante WindFloat, installé au large de Aguçadoura, au Portugal. — Photo : Untrakdrover - CC BY-SA 3.0

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail