Côtes-d'Armor

Santé

Coronavirus : Vitalac réoriente une ligne de nutrition animale vers la production de gel hydroalcoolique

Par Julien Uguet, le 14 avril 2020

Spécialiste de la nutrition et de la santé animale, la société Vitalac, à Carnoët (Côtes-d’Armor), s’est associée au laboratoire public Labocéa pour produire du gel hydroalcoolique.

Julien Le Calvez, directeur général de Vitalac à Carnoët (Côtes-d'Armor), et Gilbert Le Calvez, fondateur de l'entreprise familiale.
Julien Le Calvez, directeur général de Vitalac à Carnoët (Côtes-d'Armor), en compagnie de Gilbert Le Calvez, son père et fondateur de l'entreprise familiale. — Photo : @DR

Fondée en 1989 à Carnoët (Côtes-d’Armor), l’entreprise Vitalac s’est imposée, en plus de 30 années d’existence, comme une des références françaises en matière de nutrition et de santé animales. Forte d’une expertise sanitaire acquise au sein de l’univers agricole, dans l’Hexagone et à l’international (qui représente 50 % de son activité), la société vient de lancer une offre de gel hydroalcoolique afin de répondre à la demande liée au Covid-19. « Nous avons réorienté une de nos quatre lignes liquide vers cette nouvelle production, précise Julien Le Calvez, directeur général de Vitalac (50 millions d’euros de chiffre d’affaires, 110 salariés). C’est un bel exemple de résilience et de solidarité entrepreneuriale en période de crise. »

Un partenariat public-privé

Pour relever ce challenge, Vitalac a noué un partenariat avec le laboratoire public breton Labocéa. « En étroite collaboration, nos équipes respectives ont formulé, sourcé, analysé et industrialisé notre gel en 15 jours. C’est vraiment un travail exceptionnel réalisé en si peu de temps », se félicite Julien Le Calvez. Plus de 7 000 litres de produit sortent désormais chaque jour de l’usine de Carnoët. « Nous avons la chance de disposer d’un site agrandi ces dernières années. La ligne dédiée répond aux normes Atex avec, par exemple, une ventilation dynamique de l’air qui permet de bien traiter la problématique des vapeurs d’alcool. »

Légitimité et expertise

Vitalac se charge de conditionner les gros volumes, jusqu’à 5 litres, quand Labocéa met à disposition son outil d’embouteillage de plus petits contenants. « Notre objectif premier est de rentrer dans nos coûts industriels, ajoute Julien Le Calvez. Nous continuerons, comme nous le faisons depuis le début de la crise, nos gestes de solidarité. Toutefois, on voit bien que le gel hydroalcoolique va s’imposer comme un préalable dans les mois à venir. Il y aura donc un marché sur lequel, par notre histoire et notre expertise, nous avons toute notre légitimité. »

Une logistique adaptée

Bénéficiant actuellement d’un régime dérogatoire, Vitalac s’est inscrite sur la plateforme en ligne StopCovid19, mise en place par l’État, pour faire connaître son offre aux entreprises. « Nous avons également ouvert une page dédiée sur notre site, ajoute Julien Le Calvez. L’idée est d’être très réactifs. Notre logistique mise en place pour livrer les élevages est un atout car nos camions sont sur les routes tous les jours. Pour l’expédition de plus petits contenants, nous travaillerons avec des entreprises de messagerie. »

Julien Le Calvez, directeur général de Vitalac à Carnoët (Côtes-d'Armor), et Gilbert Le Calvez, fondateur de l'entreprise familiale.
Julien Le Calvez, directeur général de Vitalac à Carnoët (Côtes-d'Armor), en compagnie de Gilbert Le Calvez, son père et fondateur de l'entreprise familiale. — Photo : @DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail