Toulouse

Électronique

Témoignage Uwinloc : « Le Feder nous a permis d'industrialiser notre produit »

Par Fleur Olagnier, le 15 mai 2019

Éric Cariou, président de la start-up toulousaine Uwinloc, raconte ce que l'obtention d'une subvention européenne du Feder a apporté à son entreprise, qui développe des étiquettes de localisation. Il salue notamment l'impact de ce type de fonds européens sur les investissements hardware.

Éric Cariou, PDG de la start-up Uwinloc à Toulouse
Éric Cariou, PDG d'Uwinloc. — Photo : Uwinloc

Depuis 2015, la start-up toulousaine Uwinloc (40 salariés ; CA 2019 prévisionnel : 2 M€) met au point une étiquette électronique de localisation par radiofréquence sans pile. « L’obtention d’une subvention de 250 000 € du Fonds européen de développement régional (Feder) nous a permis de finaliser et d’industrialiser notre première génération d’étiquettes miniaturisées à 10 €, commercialisées depuis février », explique Éric Cariou, président d’Uwinloc. Ce montant contribue aussi au développement d’une deuxième génération d’étiquettes à 0,30 euro, de même performance, et surtout d’à peine un millimètre d’épaisseur qui sera lancée en 2021.

Uwinloc a déjà déployé sa solution chez cinq grands industriels, de l’aéronautique ou encore de l’automobile, qui possèdent chacun entre 10 et 50 sites à travers le monde. Fin 2019, huit entreprises devraient être équipées de la technologie de localisation pour l’industrie 4.0.

L’Europe davantage tournée vers le software

« Le développement de notre solution comportait une forte composante hardware (matériel, NDLR). Or, la plupart des fonds en Europe sont plutôt tournés vers le software (logiciel, NDLR). Les investissements hardware font peur, car ils sont souvent basés sur des modèles plus complexes qui demandent des montants plus élevés, d’où un risque plus important, analyse Éric Cariou. Contrairement aux États-Unis et la Chine, 80 % des investissements en Europe se font sur du logiciel. Le Feder nous a donc permis de pallier les faiblesses du capital-risque européen toujours très axé software ».

Uwinloc devrait boucler sa troisième levée de fonds, la plus importante, cet été. La société toulousaine compte ainsi récolter entre 5 et 10 M€ pour accélérer son développement en Chine et aux États-Unis - qui devraient représenter plus de 50 % de l’activité d’ici à cinq ans - et finaliser sa deuxième génération d’étiquettes. Parallèlement, Uwinloc a candidaté à un contrat Innovation de la Région pour consolider son business en Europe. Réponse attendue au mois de juin.

Éric Cariou, PDG de la start-up Uwinloc à Toulouse
Éric Cariou, PDG d'Uwinloc. — Photo : Uwinloc

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.