Industrie

Thales Alenia Space : Pourquoi recourir à une junior entreprise?

Par Marie Lepesant, le 03 avril 2009

Thales Alenia Space a fait appel à la junior entreprise de l'IAE de Toulouse pour la réalisation d'une étude de marché en vue du développement d'un système innovant de géolocalisation.
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

«Les signaux GPS émis par les satellites sont difficiles à capter en milieu urbain et a fortiori dans les bâtiments. Deux solutions sont alors envisageables pour pallier cette contrainte: soit augmenter la performance des récepteurs soit mettre au point des systèmes hybrides. Le projet FIL (Fusion d'information pour la localisation), coordonné par Thales Alenia Space, a choisi d'explorer la deuxième solution», explique Yann Oster, ingénieur R&D numérique et chef du projet FIL pour Thales Alenia Space. Lancé en février2008, ce projet d'une durée de trois ans, vise à mettre au point un système innovant de géolocalisation à destination des piétons. Ce produit low cost pourra à la fois être utilisé en extérieur grâce à la technologie GPS et en intérieur sans réception des signaux satellites. Financé à hauteur de 50% par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) (le coût total étant de 1,9M€, ndrl), il mobilise une vingtaine de personnes travaillant chez Thales Alenia Space, dans des laboratoires de recherche (l'Inria, le Laas et le TéSA) et au sein de deux PME (Silicom et Microtec).




Une étude menée par l'IAE Junior Conseil

«L'ANR nous a demandé d'étayer les aspects économiques du projet en réalisant une étude de marché.Pour remplir cette mission, j'ai choisi, parmi plusieurs écoles de commerce, la junior entreprise de l'IAE de Toulouse, IAE Junior Conseil (cf. encadré)», explique Yann Oster. «La qualité rédactionnelle de la proposition et du pré-travail effectué grâce à une écoute attentive de nos besoins ont guidé notre décision», précise-t-il. Le but de l'étude était d'identifier différentes catégories d'utilisateurs, leurs besoins spécifiques, etc. Pendant trois mois, un chef de projet et trois étudiants en marketing de l'IAE de Toulouse ont été mobilisés. Ils ont mené une enquête qualitative puis quantitative (questionnaires envoyés à 500 personnes) pour confirmer les hypothèses émises. La mission a été ponctuée de brainstorming pour amener des idées nouvelles.




Opération réussie

«Cette étude nous a permis de repérer cinq typologies de clients: les structures d'aides pour personnes dépendantes et les hôpitaux ; le grand public ; les métiers à risques ; les galeries et centres commerciaux ; et enfin les entreprises», explique Yann Oster. La mise sur le marché de deux produits a alors été envisagée: un PDA toute option à prix très abordable et un bracelet minimaliste. L'étude a également mis en lumière l'importance des freins psychologiques des publics intéressés. «Elle serait due à la fois à la méconnaissance et à la technicité du produit, la dépendance et l'assistance étant perçues comme un frein à l'achat», précise Laure Latrubesse, présidente de l'IAE Junior Conseil. «Ce constat nous indique qu'il faudra veiller à la communication que nous ferons autour du produit», remarque Yann Oster. L'étude rendue en septembre2008 a apporté une totale satisfaction à Thales Alenia Space. «Malgré la période peu favorable (les vacances d'été), les étudiants ont tenu leur engagement en terme de contenu et de coût. Ils ont su être réactifs et souples quand il le fallait. Les résultats ont été conformes à la proposition initiale et dignes d'un prestataire de services», constate Yann Oster. Aujourd'hui le projet FIL est bien lancé : les technologies clés ont été étudiées en 2008, un démonstrateur va être développé cette année et sera déployé en 2010. La performance du système et son coût pourront ainsi être évalués.




Tél.: 05.34.35.69.19 www.thalesaleniaspace.com

Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises